La France détruit trois tonnes d'ivoire, une première en Europe

La France a détruit jeudi trois tonnes d'ivoire issues de saisies, une première en Europe. Le pays entend ainsi sensibiliser l'opinion et afficher sa détermination à lutter contre ce trafic. La destruction s'est déroulée non loin de la Tour Eiffel à Paris.

"Nous sommes les premiers en Europe, c'est un signal très fort de l'engagement de la France à combattre le commerce illégal d'espèces menacées, avec d'autres Etats comme les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Chine et des pays africains", a déclaré Nicolas Hulot, envoyé spécial du président François Hollande pour la protection de la planète.

Défenseur de longue date des éléphants, M. Hulot a évoqué "leur situation tragique, notamment en Afrique centrale où 60% de la population a été décimée en 10 ans". Les ONG françaises, invitées à assister à la destruction, se sont félicitées de l'engagement de la France.

Faibles moyens

Mais selon Alain Bougrain-Dubourg, de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), "cette opération symbolique ne doit pas cacher la faiblesse des moyens de lutte des douanes contre ces trafics".

La destruction des trois tonnes d'ivoire, qui ne constituent qu'une partie des stocks français, s'est déroulée en fin de matinée, à proximité de la Tour Eiffel. Selon l'ONG Robin des Bois, le stock d'ivoire français issu de saisies serait d'environ 17 tonnes.

Face aux braconniers et trafiquants qui ne laissent pas de répit aux éléphants africains, au point de menacer à terme la survie de l'espèce emblématique du continent, les destructions d'ivoire se multiplient dans le monde.

Destructions d'ivoire

En 2013, des destructions ont eu lieu aux Philippines, en Inde, au Gabon et au Kenya. En novembre, les Etats-Unis réduisaient en fumée cinq tonnes d'ivoire, appelant d'autres pays à les imiter.

Début janvier, c'est la Chine, plus gros consommateur mondial d'ivoire illégal, qui en a détruit six tonnes. L'opération visait à redorer l'image de Pékin, qui a entre ses mains la survie des éléphants africains puisque la plus grande partie de l'ivoire braconnée lui est destinée.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes