La Russie attend la demande d'asile d'Edward Snowden

La Russie était dans l'attente samedi d'une demande officielle d'asile de la part d'Edward Snowden, toujours bloqué dans un aéroport de Moscou. Barack Obama a de son côté téléphoné à Vladimir Poutine pour demander que Moscou ne serve pas de tribune à l'ex-consultant du renseignement américain.

Cet appel téléphonique était prévu depuis plusieurs jours. Aucune précision n'a toutefois été donnée sur le contenu de la conversation entre les deux hommes mais la Maison Blanche avait indiqué que l'affaire Snowden serait l'un des sujets abordés, parmi d'autres.

Ce serait "incompatible avec les garanties russes selon lesquelles (Moscou) ne veut pas que M. Snowden nuise davantage aux intérêts américains", a déclaré plus tôt dans la journée le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

L'informaticien a formulé sa requête au cours d'une rencontre organisée vendredi avec treize personnalités russes dans la zone de transit de l'aéroport moscovite de Cheremetievo. "Je demande votre aide (...) pour pouvoir me rendre en toute sécurité en Amérique latine et je demande l'asile politique en Russie en attendant que mon voyage soit possible en toute légalité", a ensuite écrit Snowden dans un communiqué publié sur le site internet wikiLeaks.org.

Il s'agit des premières déclarations publiques de l'informaticien de 30 ans depuis son arrivée le 23 juin à Moscou-Cheremetievo. Mais malgré cette annonce, les autorités russes ont souligné samedi n'avoir pour l'instant reçu aucune demande officielle d'asile.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a de son côté assuré samedi que les autorités russes n'étaient "pas en contact avec Snowden" tout en soulignant que pour entamer la procédure, ce dernier devait s'adresser au service des Migrations.

Le jeune Américain avait demandé au début de la semaine dernière l'asile politique à une vingtaine de pays, dont la Russie. Mais il était revenu sur sa demande à Moscou après que M. Poutine eut posé comme condition que l'ancien consultant de la CIA cesse ses divulgations sur le programme de surveillance électronique américain.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes