La Russie coupe gaz à l'Ukraine

La Russie a mis sa menace à exécution lundi et a coupé le gaz à l'Ukraine. L'Europe s'en inquiète pour l'heure modérément en prévision de l'hiver. Sur le front de l'Est, des séparatistes ont occupé lundi la Banque centrale de Donetsk alors qu'une grave pénurie d'eau menace toute la région.

Le directeur général du géant gazier russe Gazprom, Alexeï Miller, a refusé désormais une "discussion" avec l'Ukraine, qu'il a accusée de "chantage" après l'échec des négociations qui a conduit à la décision de cesser les approvisionnements.

La Russie a "réduit à zéro" les livraisons de gaz à Kiev, ne laissant entrer que les volumes destinés aux pays européens, a indiqué le ministre ukrainien de l'Energie Iouri Prodan. Mais il a assuré que son pays ne perturberait pas le transit vers l'Europe.

Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a dénoncé de son côté une mesure entrant, selon lui, dans un plan russe pour "détruire l'Ukraine".

Craintes pour l'hiver

Après des crises similaires en 2006 et 2009 qui avaient affecté les approvisionnements en gaz de l'Europe, celle-ci, intervenue juste avant l'été, n'aura pas d'impact immédiat. "Nous ne voyons pas de menace pour les approvisionnements de l'Allemagne" gros consommateur du gaz russe, a réagi lundi le ministère allemand de l'Economie.

Près de la moitié du gaz importé de Russie en Europe, soit environ 15 % de la consommation européenne, transite par le territoire ukrainien. Le commissaire européen à l'Energie a averti que l'Europe pourrait être confrontée cet hiver à une pénurie de gaz si l'Ukraine puisait dans les réserves sur son sol.

Gazprom a mis en garde l'UE quant à de "possibles perturbations" si l'Ukraine prélevait du gaz sur les volumes en transit, comme lors des précédents conflits liés au gaz.

Eventuelle trêve

Gazprom a également annoncé avoir saisi la cour d'arbitrage internationale concernant la dette gazière de l'Ukraine (4,5 milliards de dollars). Kiev a entamé une procédure devant la même juridiction à propos du prix du gaz. La compagnie ukrainienne Naftogaz réclame six milliards de dollars à la partie russe, estimant avoir trop payé depuis 2010.

Lundi soir, Washington a exhorté la Russie à reprendre ses discussions avec l'Ukraine sur le prix du gaz russe vendu à Kiev.

Sur le terrain, des séparatistes armés ont occupé lundi le bâtiment de la Banque centrale à Donetsk, a rapporté une journaliste sur place.

Les combats dans l'Est du pays menacent l'approvisionnement en eau de quatre millions de personnes à Donetsk et dans sa région, ont averti lundi les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Au sortir d'une réunion du Conseil de sécurité nationale convoquée après l'attaque ce week-end d'un avion ayant fait une cinquantaine de tués dans les rangs ukrainiens à Lougansk, le président ukrainien Petro Porochenko s'est prononcé lundi en faveur d'une trêve dans l'Est, le temps de parvenir à un accord de sortie de crise.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes