La guerre parmi les insurgés fait plus 500 tués avant Genève-2

La guerre interne au sein de l'opposition armée en Syrie a fait plus de 500 tués en une semaine. Une dizaine de pays amis de l'opposition souhaitent la presser dimanche de négocier avec le régime lors de la conférence Genève-2 à Montreux (VD), alors que le président du CICR est en visite à Damas.

Depuis une semaine dans le nord du pays, qui échappe en grande partie depuis plus d'un an au contrôle de Bachar al-Assad, des combats opposant des rebelles majoritairement islamistes aux djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont fait plus de 500 tués.

"Nous avons pu établir que 482 personnes avaient trouvé la mort en raison des combats: 240 membres des brigades rebelles, 157 combattants de l'EIIL et 85 civils", a affirmé vendredi le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, proche des rebelles. Ces éléments restent impossibles à vérifier de manière indépendante.

"Il y a certainement des dizaines d'autres morts mais il nous a été impossible de les documenter avec précision", a-t-il souligné.

Manifestations

Vendredi, les rebelles ont poursuivi leur avancée dans les provinces d'Alep et d'Idleb, où la présence de l'EIIL est faible, tandis que ce groupe a repris l'avantage dans la région de Raqa, qu'il contrôle depuis plusieurs mois.

Parallèlement à cette offensive contre les djihadistes, les manifestations du vendredi ont repris.

Dans la ville septentrionale de Binnish, des manifestants ont scandé "La Syrie est libre, L'EIIL dehors".

Alors que la guerre intestine et sanglante se poursuit, onze pays soutenant l'opposition modérée syrienne vont multiplier les pressions pour la convaincre de participer à la conférence sur la Syrie qui doit s'ouvrir le 22 janvier à Montreux (VD).

Opposants divisés

Réunie cette semaine à Istanbul, la Coalition, profondément divisée sur la question de sa participation, a reporté sa décision au 17 janvier. Les principaux groupes de combattants rebelles ont mis en garde les opposants politiques en exil contre toute négociation avec le régime.

Le Conseil national syrien, principal groupe de la Coalition, a déjà exprimé son refus de participer à Genève-2, faute de garanties sur un départ du président Bachar al-Assad.

Président du CICR arrivé en Syrie

Sur le volet humanitaire, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer est arrivé vendredi à Damas pour obtenir un plus grand accès aux victimes du conflit.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes