La pire famine en Afrique depuis trente ans touche le Soudan du Sud

Le Soudan du Sud, ravagé depuis trois mois par la guerre, risque d'enregistrer la pire famine que l'Afrique ait jamais connue depuis des décennies, a averti jeudi l'ONU. Elle demande une augmentation de l'aide et un cessez-le-feu.

"Si nous ratons la saison des semailles, la sécurité alimentaire va s'effondrer", a dit le responsable des opérations humanitaires de l'ONU dans le pays, Toby Lanzer, de passage à Genève.

"Ce qui frapperait le pays, et affecterait environ 7 millions de personnes, serait bien pire que ce que le continent a connu depuis la moitié des années 1980", a-t-il encore dit.

Au Soudan du Sud, les agriculteurs ont l'habitude de planter les graines en avril et mai, mais la guerre civile les a jusqu'à présent empêché de réaliser cette tâche pourtant cruciale pour garantir les récoltes de fin de novembre et décembre.

3,7 millions de personnes évoquées

L'ONU est d'autant plus inquiète qu'"il y a déjà 3,7 millions de personnes sur qui plane un grave risque de famine", a souligné M. Lanzer.

L'ONU tente tant bien que mal de prépositionner des stocks dans le pays avant la saison des pluies (qui coïncide avec la saison des semailles) qui rendra de nombreuses routes et rivières impraticables et obligera à larguer des vivres par avion, ce qui coûte beaucoup plus cher.

De violents combats ont éclaté le 15 décembre 2013 entre les forces loyales au président Salva Kiir et les combattants de l'ancien vice-président Riel Marcha.

Plus d'1 milliard de dollars

Un cessez-le-feu a bien été signé en janvier mais les combats se poursuivent. Les pourparlers de paix qui avaient repris le 25 mars ont été suspendus jusqu'à fin avril, malgré les avertissements de l'ONU que cinq millions de personnes ont besoin de secours.

Les combats qui ravagent le pays depuis la mi-décembre ont chassé de leurs foyers plus de 700 000 personnes et 250 000 autres se sont réfugiées en Ouganda, Ethiopie, Kenya ou Soudan.

L'appel de 1,3 milliard de dollars pour le Soudan du Sud n'a été couvert qu'à près de 25 %. Selon M. Lanzer, l'ONU a besoin maintenant de 232 millions de dollars pour faire le strict minimum en terme d'aide humanitaire jusqu'à la fin du mois de mai.

/ATS


Actualisé le