Le Caire: six policiers blessés dans l'explosion de deux bombes

Deux engins explosifs ont blessé six policiers vendredi dans le centre du Caire, a indiqué la police qui est de plus en plus la cible d'attaques. Les déflagrations sont dues à deux bombes artisanales, selon la télévision d'Etat égyptienne.

La police a bouclé le secteur, où une fourgonnette a été endommagée dans l'attaque. Selon la télévision d'Etat, l'attaque a visé un barrage routier installé pour faire face à une manifestation des pro-Morsi appelés à manifester vendredi.

Recrudescence d'attentats

"Il y a eu une première explosion, puissante, à 9h45 (8h45 en Suisse) suivie d'une autre, plus faible deux minutes plus tard", a témoigné un habitant du centre de la capitale. Il a estimé que les déflagrations provenaient du quartier de Guizeh, non loin de l'université du Caire.

Un autre résident a confirmé avoir entendu les deux explosions et entendu de nombreuses sirènes d'ambulances et de camions de pompiers convergeant vers Guizeh, un quartier résidentiel et d'affaires au coeur de la capitale.

L'Egypte est le théâtre d'une recrudescence d'attentats, revendiqués par des groupes jihadistes, depuis que l'armée a destitué et arrêté le président islamiste Mohamed Morsi le 3 juillet et réprime dans le sang les manifestations de ses partisans.

Groupe jihadiste

Le 24 janvier, quatre attentats, dont un à la voiture piégée, avaient visé la police au Caire, tuant six policiers à la veille des célébrations du troisième anniversaire de la révolte de 2011 qui chassa du pouvoir Hosni Moubarak.

Quatre jours plus tard, un général de la police, conseiller du ministre de l'Intérieur, Mohamed Saïd, était abattu devant son domicile au Caire.

Ces attaques avaient été revendiquées par un groupe jihadiste s'inspirant d'Al-Qaïda, Ansar Beït al-Maqdess, qui avait également menacé de s'attaquer au maréchal Abdel Fattah al-Sissi, chef de l'armée et homme fort du pays.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes