Le Premier ministre palestinien revient sur sa démission

Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Rami Hamdallah est revenu vendredi sur sa démission , a affirmé un haut responsable palestinien. Il a rencontré le président Mahmoud Abbas.

"M. Hamdallah a rencontré le président Abbas pendant deux heures au siège de la présidence à Ramallah et l'a informé de sa décision de retirer sa démission", a dit ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

"M. Hamdallah veut des compétences claires et définies pour lui en tant que chef du gouvernement et pour ses vice-Premiers ministres conformément à la loi afin d'éviter les conflits et les empiètements sur les prérogatives" de chacun, a-t-il expliqué.

Discussion auparavant

La rencontre de vendredi a été précédée par une conversation téléphonique la veille entre MM. Abbas et Hamdallah qui a atténué les tensions, a précisé le responsable.

La démission de Rami Hamdallah, nommé il y a moins de trois semaines, trahissait la profondeur de la crise d'une Autorité palestinienne en voie de décomposition, selon les commentateurs et responsables politiques.

M. Hamdallah, un universitaire nommé le 2 juin, avait présenté jeudi sa démission, frustré par le partage des pouvoirs avec les deux vice-Premiers ministres imposés par M. Abbas.

Crise confirmée

Contrairement à son prédécesseur Salam Fayyad, économiste plébiscité par la communauté internationale, M. Hamdallah était encadré au sein du gouvernement, formé le 6 juin, par deux vice-Premiers ministres, le député Ziad Abou Amr et Mohammad Moustapha, président du Fonds d'investissement de Palestine (FIP) et conseiller économique du président.

"Ce qui a mis le feu aux poudres est le mandat donné à Mohammad Moustapha par le président Abbas pour signer des accords avec la Banque mondiale", alors que cela faisait partie des prérogatives de M. Fayyad, a expliqué un proche de M. Hamdallah.

Dès sa nomination, ce dernier avait dit vouloir rapidement s'effacer en faveur d'un gouvernement d'union nationale, en vertu des accords de réconciliation entre le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas, qui gouvernent respectivement les zones autonomes de Cisjordanie et la bande de Gaza.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes