Le bras de fer se poursuit entre manifestants et pouvoir ukrainien

Des centaines de milliers de manifestants sont descendus dimanche dans les rues de Kiev pour réclamer le départ du président ukrainien Viktor Ianoukovitch. Ils ont pris le contrôle de la mairie de la capitale ukrainienne, alors que des incidents ont fait une centaine de blessés près du siège du gouvernement.

Au lendemain de la dispersion par la police d'un rassemblement de l'opposition sur la place de l'Indépendance, quelque 350'000 manifestants pro-européens, selon l'agence Reuters, sont revenus dimanche sur cette place pour dénoncer le refus du chef de l'Etat de signer un accord d'association avec l'Union européenne.

"Ils ont volé notre rêve. Si ce gouvernement ne veut pas accomplir la volonté du peuple, alors ce gouvernement n'a plus de raison d'être, de même que ce président! Il y aura un nouveau gouvernement et un nouveau chef de l'Etat", a-t-il dit a dit Vitali Klitchko, ex-champion de boxe reconverti en politique. devant une foule enthousiaste.

Grève générale

L'opposant nationaliste Oleg Tiagnibok a de son côté annoncé que l'opposition occuperait cette place, emblématique de la "Révolution orange" pro-européenne de 2004, jusqu'au départ du pouvoir actuel. "A partir d'aujourd'hui commence la grève générale. La révolution a commencé en Ukraine!", a-t-il lancé devant la foule, hérissée de drapeaux ukrainiens et de quelques drapeaux européens.

Non loin de là, des affrontements dans le quartier gouvernemental ont fait une centaine de blessés parmi les policiers, a indiqué une porte-parole de la police. Ils sont notamment survenus devant le siège de l'administration présidentielle, gardé par les forces spéciales, et que plusieurs centaines de jeunes gens masqués ou cagoulés ont tenté de prendre d'assaut.

Les forces spéciales ont utilisé à plusieurs reprises des grenades assourdissantes et des gaz contre ces assaillants qui avaient amené un bulldozer, apparemment pour forcer l'entrée du bâtiment. Des journalistes ont également été blessés lors de ces incidents.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes