Le gendre de Ben Laden reconnu coupable de soutien au terrorisme

Le gendre d'Oussama Ben Laden, Souleymane Abou Ghaith, a été reconnu coupable mercredi à New York de complot visant à tuer des Américains et de soutien au terrorisme. Sa peine sera prononcée le 8 septembre. L'imam de 48 ans, d'origine koweïtienne, risque la réclusion à vie.

Après trois semaines d'un procès où l'accusation a repassé à l'envi ses diatribes enflammées, il n'a fallu que quatre heures de délibérations (sur deux jours) aux douze jurés populaires pour déclarer Abou Ghaith coupable de complot visant à tuer des Américains, complot visant à apporter un soutien à des terroristes et soutien matériel à des terroristes.

Barbe poivre et sel et crâne dégarni, en costume sur chemise bleue à col ouvert, Abou Ghaith, très attentif durant tout son procès, n'a pas montré de réaction particulière à l'énoncé du verdict.

"Messager" de Ben Laden

Dans son réquisitoire final, le procureur John Cronan l'a décrit lundi comme un "confident de confiance", un "messager" qui adhérait pleinement à l'idée d'Oussama Ben Laden de tuer des Américains, et s'était fait son porte-voix avec "énergie et passion" pour recruter de nouvelles générations de terroristes après les attentats du 11 septembre 2001.

Les preuves sont "claires et accablantes" a-t-il ajouté, estimant que les vidéos des discours d'Abou Ghaith suffisent à prouver sa culpabilité.

"Pas de preuve"

La défense du plus important responsable d'Al-Qaïda jamais jugé par un tribunal fédéral américain avait à l'inverse souligné qu'il n'avait tué personne et estimé que les vidéos étaient "une invitation à spéculer".

"Certains mots (...) certaines de ses associations peuvent vous donner la nausée, mais cela ne prouve pas un complot pour tuer des Américains", avait insisté son avocat Stanley Cohen.

Abou Ghaith a reconnu qu'il avait tenu les discours, après le 11-Septembre, dans lesquels il évoque notamment une poursuite de la "tempête des avions" et glorifie les auteurs des attentats. Mais il affirme n'avoir jamais voulu recruter qui que ce soit, ni tuer des Américains.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus