Le procès du numéro un des Frères musulmans débute dimanche

Le procès de Mohamed Badie, guide suprême des Frères musulmans, et de ses deux principaux adjoints, doit débuter dimanche dans la journée en Egypte. Il s'ouvre alors que la confrérie peine désormais à mobiliser ses partisans face à la répression mise en oeuvre par les autorités.

Les trois responsables n'assisteront pas à l'audience de dimanche, selon l'agence publique Mena. Ils sont accusés d'avoir incité à des violences meurtrières lors des troubles qui ont précédé l'éviction par l'armée du président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, le 3 juillet.

Ces accusations concernent particulièrement une manifestation contre la confrérie, le 30 juillet devant son siège au Caire, et au cours de laquelle neuf personnes ont été tuées et 91 blessées.

L'arrestation de Mohamed Badie, il y a une semaine, a conclu une semaine pendant laquelle les forces de sécurité ont lancé une offensive contre les Frères musulmans. Selon le bilan du gouvernement, au moins 900 personnes, dont une centaine de militaires et de policiers, ont perdu la vie dans les violences.

L'Alliance anti-coup d'Etat, qui regroupe des mouvements hostiles à l'éviction de Mohamed Morsi, a fait état de 1400 tués parmi les partisans du chef d'Etat destitué et des Frères musulmans.

En début de semaine, la confrérie avait appelé à une nouvelle journée de manifestations vendredi, mais les rassemblements sont restés peu importants.

Une "mauvaise idée"

Les Frères musulmans, une organisation fondée en 1928 qui a survécu à des décennies de clandestinité, étaient jadis capables de mobiliser d'immenses foules. Leur popularité s'est considérablement érodée lors de l'année de présidence de Mohamed Morsi.

Le Premier ministre, Hazem el Beblaoui, a publiquement envisagé la semaine dernière la dissolution de la confrérie. Les Etats-Unis ont désapprouvé ce qu'ils ont qualifié de "mauvaise idée".

Moubarak dans un hôpital

Le procès de Mohamed Badie et de ses deux adjoints s'ouvre trois jours après la libération de prison de l'ancien président Hosni Moubarak, chassé du pouvoir par la révolution de janvier-février 2011, et qui a été blanchi d'accusations de corruption.

Le gouvernement de transition, constitué sous l'égide du général Abdel Fattah al Sissi, chef d'état-major de l'armée, a cependant usé de ses pouvoirs pour assigner à résidence Hosni Moubarak. Il se trouve actuellement dans un hôpital militaire près du Caire.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes