Le télescope spatial Gaia mis sur orbite par un lanceur Soyouz

Le lanceur Soyouz a mis jeudi sur orbite le télescope spatial Gaia de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui doit effectuer une cartographie de la galaxie en trois dimensions, ainsi que localiser et caractériser plus d'un milliard d'étoiles. La Suisse sera impliquée dans le traitement des données.

La société Arianespace a annoncé que le décollage depuis la Guyane française, s'était déroulé normalement, tout comme la séparation de Gaia du lanceur 41 minutes plus tard avant d'être placé sur orbite.

La mission du satellite consistera, pendant environ cinq ans et demi, à effectuer le recensement d'un milliard d'étoiles pour établir le catalogue du ciel étoilé qui permettra de décrypter l'origine, la structure et l'évolution de la Voie lactée, notre galaxie.

Placé à environ 1,5 millions de kilomètres de la Terre, Gaia devrait aussi découvrir un grand nombre d'objets célestes, astéroïdes, étoiles naissantes et trous noirs géants.

D'un poids dépassant légèrement les deux tonnes, l'engin a a été construit par Astrium pour le compte de l'ESA. La "jupe" de Gaia, qui fait dix mètres de diamètre, est constituée d'un côté des panneaux solaires destinés à l'alimenter en énergie et de l'autre d'un parasol mettant à l'abri ses instruments ultra-sensibles de l'éclat du Soleil.

Neuf ans de travaux

Ce télescope "est l'aboutissement de neuf années de travaux intensifs qui vont permettre une avancée exceptionnelle pour la compréhension de notre univers, de son histoire et de ses lois", a déclaré dans un communiqué Jean-Yves Le Gall, président du Centre national d'études spatiales (CNES), l'agence spatiale française.

"Cette mission prolonge celle d'Hipparcos, lancé en 1989 et avec Gaia, le CNES entre dans l'ère de la grande base de données, une véritable révolution pour le traitement des données scientifiques", a-t-il ajouté. Avec son double télescope en carbure de silicium, Gaia pourra "voir" des étoiles dont l'éclat est 400'000 fois plus faible que celles visibles à l'oeil nu.

Contrats suisses pour 20 millions

La Suisse a contribué à la mise sur pied de la mission Gaia. L'industrie spatiale helvétique a en effet décroché plusieurs contrats portant sur des composants et des systèmes destinés au télescope, dont le montant total avoisine les 20 millions de francs.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes