Le tireur reste introuvable après l'attaque contre Libération

L'homme soupçonné d'avoir grièvement blessé lundi un assistant-photographe du journal Libération à Paris restait introuvable mardi matin, malgré l'appel à témoins lancé par les enquêteurs. Il est aussi soupçonné d'avoir tiré sur une banque.

Qualifié de "véritable danger" par le ministre français de l'Intérieur, Manuel Walls, cet homme âgé de 35 à 45 ans, de type européen, a jusqu'ici réussi à passer entre les mailles du filet des enquêteurs de la brigade criminelle. Des témoins décrivent un homme "calme et déterminé", qui "sait très bien ce qu'il fait".

"Arrêter celui qui a tenté de tuer et qui peut tuer encore": le président français François Hollande en a fait une priorité. Manuel Valls a promis de "tout faire" pour interpeller cet homme. Le ministre de l'Intérieur a même reconnu qu'il y avait "évidement un sentiment d'inquiétude". "Tant qu'il n'a pas été interpellé, nous savons qu'il peut agir", a-t-il déclaré lundi soir.

La chasse à l'homme a débuté lundi en milieu de matinée quand le tireur a grièvement blessé un assistant photographe d'une vingtaine d'années dans le hall du quotidien Libération. Une heure et demie plus tard, il a tiré sur une banque du quartier des affaires de La Défense, dans l'ouest de la capitale.

Peu après cette fusillade, un automobiliste a affirmé à la police qu'un "individu armé l'avait pris en otage", le contraignant à l'emmener jusqu'à l'avenue des Champs-Elysées où il s'est fait déposer.

Malgré le survol de la zone par un hélicoptère de la sécurité civile et l'intensification des patrouilles dans cette zone très fréquentée, les enquêteurs ont perdu sa trace.

Sur la base notamment des images de vidéosurveillance, les enquêteurs sont persuadés d'avoir affaire au même homme qui a menacé vendredi un rédacteur en chef de BFMTV, au siège de cette chaîne d'informations en continu. L'homme, armé d'un fusil à pompe, avait menacé ce journaliste, Philippe Antoine, et lui avait lancé: "La prochaine fois, je ne vous raterai pas".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes