Les "Anti-Nobel" 2014 célèbrent les humains déguisés en ours

Les "Ig-Nobel Prizes" 2014 ont été décernés à dix équipes de chercheurs pour des études aussi loufoques que celle s'intéressant au coefficient de friction entre une peau de banane et la chaussure . Ces "anti-Prix Nobel" récompensent des chercheurs qui "font d'abord rire les gens, puis les font réfléchir".

Le prix de neuroscience est allé à une équipe sino-canadienne ayant cherché à comprendre ce qui se passe dans le cerveau des gens qui voient le visage de Jésus sur leur pain grillé. Et celui de sciences arctiques à deux chercheurs de l'université d'Oslo, pour avoir testé la réaction de rennes lorsqu'ils voient des êtres humains déguisés en ours polaires.

L'Anti-Nobel de psychologie est allé à trois chercheurs américain, britannique et australien, ayant recueilli des éléments selon lesquels les couche-tard seraient généralement plus narcissiques, plus manipulateurs et psychopathes que les lève-tôt.

Est-il dangereux pour la santé mentale d'avoir un chat? L'étude a décroché l'anti-Nobel de santé publique, tandis que celui de biologie a récompensé une équipe ayant soigneusement documenté le fait que les chiens font leurs besoins en s'alignant généralement sur un axe nord-sud.

PIB et prostitution

L'Italie a, elle, remporté l'Anti-Nobel dans la catégorie des arts grâce à trois chercheurs qui ont mesuré la douleur ressentie par des personnes regardant une vilaine peinture, par rapport à ceux admirant une belle toile, quand on leur tire dans la main avec un rayon laser.

Seul gouvernement distingué, celui de l'Italie a été primé pour "avoir fièrement pris la tête et rempli le mandat de l'UE pour que chaque pays augmente la taille officielle de son économie nationale en incluant les revenus de la prostitution, ventes illégales de drogue, contrebande et autres transactions financières illégales".

Un opéra inédit

Les "Anti-Nobel", cérémonie pleine d'humour et de cocottes en papier, ont été remis aux gagnants par cinq vrais prix Nobel. La cérémonie a également donné lieu à la première d'un mini-opéra en trois actes sur des gens qui ne se nourrissent plus que de pilules.

Dans les rôles principaux, la soprano Maria Ferrante et le bariton Scott Taylor. Un choeur de microbes était composé de dix chercheurs en biomédecine de la région de Boston.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus