Les Etats-Unis commémorent la mort de JFK

Minutes de silence à travers le pays, cérémonie à Dallas où les cloches de la ville ont sonné le glas: les Etats-Unis commémorent vendredi la mort de John F. Kennedy. Assassiné il y a 50 ans, celui-ci figure toujours au Panthéon des présidents américains.

A 12h30 locales (19h30 heure suisse), une minute de silence accompagnée par le son des cloches des églises de Dallas (Texas), a marqué l'instant précis où le 35e président des Etats-Unis tombait, le 22 novembre 1963 à Dealey Plaza, sous les balles de Lee Harvey Oswald, selon l'enquête officielle de la Commission Warren.

Ce sympathisant communiste de 24 ans était tué deux jours plus tard par un patron de boîte de nuit de Dallas, Jack Ruby, laissant les circonstances et les mobiles de l'attentat, qui a choqué le monde, toujours environnés de mystère. Le "mythe Kennedy", à jamais jeune et beau, est intact un demi-siècle plus tard dans le coeur des Américains.

John F. Kennedy, né dans une famille riche et influente de Boston (est), a été le plus jeune président élu et le premier président catholique. Il a incarné une ère pleine d'espoir pour la génération du baby-boom.

"Ich bin ein Berliner"

De son mandat tragiquement écourté, l'histoire se souvient de sa partie de bras de fer avec l'Union soviétique pendant la "crise des missiles", la déroute de la Baie des Cochons, débarquement raté des anticastristes à Cuba et le lancement du programme Apollo pour envoyer un Américain sur la Lune.

Son "Ich bin ein Berliner" dans Berlin divisé entre Est et Ouest et le "Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays", lancé le jour de son investiture, sont inscrits dans la mémoire mondiale.

Le président Barack Obama a déposé mercredi une couronne de fleurs bleues et blanches sur la tombe de l'ancien président. Quelques heures plus, lors d'une cérémonie, il a salué "l'idéalisme sobre et sûr de lui" de JFK qui "nous rappelle que le pouvoir de changer ce pays nous appartient".

/ATS


Actualisé le