Israël veut "finir le travail" à Gaza endeuillée par 1395 morts

Faisant fi des critiques, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu jeudi que l'armée "finirait le travail" à Gaza. Le patron de l'UNRWA, le Suisse Pierre Krähenbühl, s'est de son côté dit indigné des violences: "il y a des scènes que l'on voudrait ne jamais voir de sa vie".

"Nous sommes déterminés à achever" la destruction des tunnels utilisés par les combattants du Hamas pour des attaques contre l'Etat hébreu, a prévenu M. Netanyahu au 24e jour d'un conflit dévastateur qui a également fait 56 tués côté israélien.

Il avait annoncé peu avant la mobilisation de 16'000 réservistes supplémentaires - soit un total de 86'000 mobilisés - et la livraison de munitions américaines. Tandis que Tsahal disait avoir détruit une trentaine de tunnels souterrains et comptabilisé près de 3000 roquettes tirés sur Israël depuis le 8 juillet.

"Totalement inacceptable"

Selon Pierre Krähenbühl, interrogé jeudi soir lors du journal télévisé de la Radio Télévision Suisse (RTS), le fait qu'Israël justifie le bombardement d'écoles ou d'hôpitaux de l'ONU par la présence de caches d'armes est "totalement inacceptable". Soulignant que l'UNRWA a par trois fois dénoncé elle-même la présence de munitions dans ses établissements, il a souligné que l'organisation avait été "transparente" à ce sujet.

L'ONU avait "notifié clairement aux Israéliens" la présence de 3300 réfugiés dans l'école; or, il s'agit du "sixième incident de la sorte", a-t-il fustigé.

Condamnations

De son côté, la Maison Blanche a appelé une nouvelle fois l'Etat hébreu à "faire plus" pour protéger les civils. Mais Washington a aussi accepté une demande de livraison de munitions, le Pentagone répétant l'engagement de Washington à "garantir la sécurité d'Israël".

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay et la cheffe de la diplomatie européenne Catherine Ashton ont eux aussi condamné les attaques israéliennes sur des maisons, des écoles, des hôpitaux et des centres de réfugiés protégés par l'ONU, estimant qu'il s'agissait d'une violation du droit international.

Plus de 8100 blessés

Au total, le bilan côté palestinien est désormais de 1410 tués et de plus de 8100 blessés, en grande majorité des civils, selon les secours. Plus de 245 enfants figurent parmi les tués, selon l'ONU et Terre des Hommes (TdH).

A Paris, quelque 4500 manifestants, selon la police, ont participé au premier rassemblement de soutien à Israël organisé depuis le lancement de l'offensive, à l'appel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

Aide suisse à la hausse

Enfin, sur le plan humanitaire, les conditions d'accueil des réfugiés sont très précaires à Gaza. Face à l'urgence, la Suisse a augmenté son aide humanitaire aux territoires palestiniens occupés de 1,7 million de francs, a précisé dans un communiqué le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

/ATS

31.07.2014 - 06:34
Actualisé le 31.07.2014 - 06:34

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus