Les Etats-Unis ont célébré la mémoire de John F. Kennedy

Cinquante ans jour pour jour après l'assassinat de John F. Kennedy, la ville de Dallas s'est figée vendredi pour lui rendre hommage. Elle a observé une minute de silence à l'instant précis où cette figure mythique de l'histoire contemporaine est tombée.

La foule compacte, rassemblée sous une petite bruine, s'est tue à 12h30 et les cloches de la ville ont sonné en mémoire du plus jeune président jamais élu à la Maison-Blanche, abattu sur Dealey Plaza le 22 novembre 1963.

Dans tout le pays, messes, minutes de silence ou lectures étaient organisées pour se recueillir et célébrer la mémoire de JFK. Le 50e anniversaire de son assassinat était même célébré à Berlin. Un dépôt de gerbe était prévu devant la mairie de quartier de Schöneberg, où Kennedy avait prononcé son fameux discours à Berlin-ouest: "Ich bin ein Berliner".

Une gerbe de fleurs a été déposée sur la tombe du président défunt dans le cimetière militaire d'Arlington, près de Washington, sur laquelle brûle en permanence une flamme allumée par Jackie Kennedy le jour de l'enterrement de son mari.

Théories du complot

Un demi-siècle plus tard, l'assassinat de JFK fascine toujours autant: si la commission Warren a conclu que le tireur, Lee Harvey Oswald, avait agi seul, les théories alternatives agitant le spectre toujours populaire du complot ont toujours le vent en poupe.

Les soupçons portent surtout sur la manière dont Oswald, un ancien transfuge de l'Union soviétique, a pu tirer seul contre l'homme le plus puissant du monde. L'homme n'a pu s'expliquer publiquement car il a été abattu deux jours après les faits, par un ancien gérant de boîte de nuit, Jack Ruby.

"Faisons fructifier son héritage"

"Faisons fructifier son héritage, aujourd'hui et dans les décennies à venir", a exhorté le président Barack Obama. "Affrontons les épreuves actuelles dans l'esprit qu'il incarnait: ce caractère courageux et résistant, si typiquement américain, qui a toujours conduit notre pays à braver l'adversité, à écrire notre propre destin et à construire un monde nouveau".

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus