Les IRM aident à détecter tôt les difficultés d'apprentissage

Les examens d'IRM (imagerie par résonance magnétique) peuvent aider à détecter chez les enfants les difficultés d'apprentissage en mesurant leurs capacités de mémorisation à court terme. C'est le constat d'une étude suédoise publiée mercredi dans le "Journal of Neuroscience".

L'étude menée par une équipe de chercheurs de l'Institut Karolinska de Stockholm montre que ce type d'examen est utile pour représenter le développement de la mémoire.

"Il serait possible en principe d'utiliser le scanner IRM pour prédire une part du développement futur qui ne peut l'être par des tests psychologiques seuls", a expliqué à l'AFP le neurologiste Torkel Klingberg. "Le bénéfice pourrait être une détection précoce des enfants risquant un mauvais développement de sorte à pouvoir leur apporter une aide à temps", a-t-il ajouté.

10 à 15% des enfants concernés

De 10 à 15% des enfants ont des problèmes d'apprentissage ou d'attention, qui peuvent être liés à des déficiences de la mémoire courte, et donc à un manque de capacités à conserver les informations pour résoudre un problème.

Les scanners seuls ne permettraient pas de prédire des difficultés futures, mais seraient selon M. Klingberg un complément utile aux tests psychologiques.

"Jusqu'ici l'imagerie cérébrale ne nous a donné que la représentation de comportements que nous connaissions déjà. Maintenant elle nous dit qu'on peut employer l'appareil IRM à une utilisation nouvelle", a-t-il souligné.

L'étude, menée sur 62 sujets âgés de 6 à 20 ans, a consisté à mesurer la performance dans des tests cognitifs pendant un scanner. Après de nouveaux tests deux ans plus tard, les chercheurs ont conclu que l'IRM aidait à prédire le développement des capacités d'apprentissage chez ces individus.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus