EI: Washington appelle ses alliés à étendre la guerre sur internet

Les Etats-Unis ont appelé lundi leurs alliés combattant le groupe Etat islamique (EI) au sein de la coalition à étendre la lutte contre les jihadistes sur internet. Ils l'ont fait lors d'une réunion à Koweït sur les moyens de contrer la propagande jihadiste diffusée via les réseaux sociaux.

Le coordinateur américain de la coalition internationale, le général à la retraite John Allen, a qualifié, à l'ouverture de la réunion, cette propagande de "guerre horrible (...) destinée à recruter et à pervertir des innocents". Il a estimé que l'EI ne serait "véritablement vaincu qu'une fois que la légitimité de son message aux jeunes vulnérables sera niée".

Le général Allen s'exprimait devant des émissaires de Bahreïn, de Grande-Bretagne, d'Egypte, de France, d'Irak, de Jordanie, du Liban, d'Oman, du Qatar, d'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis participant à la réunion.

Un moyen pour recruter

L'EI, qui a pris le contrôle de larges pans du territoire irakien et d'une partie de la Syrie, utilise de manière sophistiquée et efficace les réseaux sociaux. Il y diffuse de nombreuses vidéos de propagande et un magazine au graphisme soigné. Et ses partisans les instrumentalisent pour recruter des combattants étrangers.

Les gouvernements occidentaux sont de plus en plus alarmés par les effets de cette propagande qui attire vers l'EI de nombreux Européens et Américains. Ils s'alarment aussi de l'influence de cette propagande sur les jeunes musulmans appelés à s'en prendre à des cibles occidentales.

Fonds détournés

Par ailleurs, l'EI détourne l'aide humanitaire dans les régions de l'Irak sous son contrôle, a affirmé lundi à Genève un responsable de l'Organisation de la conférence islamique (OCI). L'accès à ces zones est très limité, selon l'ONU.

Les Nations unies estiment que 5,2 millions de personnes ont besoin d'aide en Irak, dont 1,8 million de personnes déplacées depuis janvier. "Les besoins sont immenses", a déclaré le directeur du Bureau des Affaires humanitaires de l'ONU à Genève Rashid Khalikov, de retour d'une mission d'évaluation en Irak avec l'OCI.

Il a précisé que des groupes armés empêchent la distribution de l'aide humanitaire et que d'autres cherchent à en tirer avantage.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus