Les députés français votent la reconnaissance de la Palestine

Les députés français ont adopté à une large majorité une résolution sur la reconnaissance de l'Etat palestinien. Le texte, non contraignant mais à forte portée symbolique, a suscité le courroux d'Israël et la satisfaction des Palestiniens.

L'Assemblée nationale a adopté par 339 voix contre 151 un texte invitant le gouvernement à reconnaître officiellement l'Etat de Palestine "en vue d'obtenir un règlement définitif du conflit". Les groupes socialiste, écologiste et Front de gauche ont voté la résolution, initiée par la majorité socialiste pour qui cette démarche est un signal visant à "surmonter la paralysie" d'un processus de paix moribond.

L'ambassade israélienne à Paris a réagi en estimant que cette initiative "éloignait les possibilités de paix" et constituait un "message erroné". Pour l'Etat hébreu, la reconnaissance de la Palestine avant tout règlement du conflit est une "grave erreur" et procède d'une "décision unilatérale" qui ne peut qu'aggraver la situation.

Tendance européenne

A Ramallah, l'Autorité palestinienne a salué le vote de l'Assemblée française. Hanane Achraoui, une dirigeante de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a exprimé "sa gratitude au peuple français" et appelé "le gouvernement français à traduire le vote de son parlement en acte".

Le vote de l'Assemblée nationale intervient après des initiatives similaires en Grande-Bretagne et en Espagne, où les députés ont également demandé à leurs gouvernements de reconnaître la Palestine. La Suède a déjà reconnu l'Etat palestinien.

Ces démarches non contraignantes s'inscrivent dans un mouvement croissant en Europe qui considère la reconnaissance comme un moyen de faire pression pour relancer le processus de paix et sauver la solution des deux Etats israélien et palestinien, menacée par la poursuite de la colonisation et la multiplication des violences.

Fabius: "Paris reconnaîtra l'Etat"

Devant les députés, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius avait assuré vendredi que Paris reconnaîtrait l'Etat palestinien, sans s'engager sur un délai. "Si les efforts échouent, alors il faudra que la France prenne ses responsabilités en reconnaissant sans délai l'Etat de Palestine", avait-il dit.

/ATS

02.12.2014 - 17:14
Actualisé le 02.12.2014 - 17:14

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus