Les députés ukrainiens vont débattre du sort du gouvernement

Le président ukrainien a demandé jeudi une réunion d'urgence du Parlement face à la montée des violences, considérées comme une "tentative de coup d'Etat" par le Premier ministre. L'opposition réclame la démission du gouvernement.

"L'agitation de masse a été accompagnée de violences, d'effusions de sang, d'incendies. Cela signifie qu'aujourd'hui la situation doit être réglée immédiatement", a dit Viktor Ianoukovitch au président du Parlement, Volodymyr Ribak.

M. Ribak a expliqué que les députés devraient débattre la semaine prochaine d'une démission du gouvernement ainsi que des textes récemment votés, allusion à la loi anti-manifestation dont la promulgation la semaine dernière a suscité à nouveau la colère de la rue.

Trois manifestants tués

L'Ukraine est en proie aux manifestations depuis deux mois. Une partie de la population n'a pas accepté la décision du président Ianoukovitch de renoncer à un accord commercial avec l'Union européenne, pour accepter un accord financier avec la Russie.

Les événements ont pris un tour violent dimanche soir après un rassemblement de masse de l'opposition pour protester contre la loi. Trois personnes ont été tuées du côté des manifestants dans la nuit de mardi à mercredi. Plus de 150 policiers ont en outre été blessés.

Démission du gouverneur de Lviv

Le Premier ministre Mikola Azarov, absent car il participe au Forum économique mondial de Davos, a estimé qu'une "véritable tentative de coup d'Etat (était) en marche" et jugé "absolument irréaliste" d'organiser une élection présidentielle anticipée. Le prochain scrutin présidentiel n'est pas prévu avant le printemps 2015.

Gorbatchev inquiet

Des voix de plus en plus nombreuses se font entendre. La chancelière allemande Angela Merkel a fait part de son "indignation" face à la répression menée par le pouvoir ukrainien, tout en estimant que l'Union européenne aurait tort de répondre par des sanctions contre Kiev.

L'ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, 82 ans, a pour sa part demandé aux présidents russe et américain d'aider l'Ukraine à résoudre le conflit pacifiquement, disant craindre une "catastrophe".

La cheffe de la diplomatie européenne Catherine Ashton est attendue la semaine prochaine à Kiev. Elle doit y rencontrer le président ukrainien et les responsables de l'opposition.

/ATS

23.01.2014 - 19:54
Actualisé le 23.01.2014 - 19:54

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus