Les deux Corées reprennent contact après la purge à Pyongyang

Les deux Corées ont repris langue pour la première fois depuis l'exécution de l'oncle du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un. Cette dernière nourrit les inquiétudes sur l'instabilité du régime communiste.

Une délégation sud-coréenne a franchi la frontière pour se rendre dans la zone industrielle de Kaesong, rouverte en septembre après sa fermeture cinq mois auparavant par Pyongyang dans un contexte de fortes tensions sur la péninsule. Son chef, Kim Ki-Woong, a indiqué que les discussions devraient permettre d'"examiner le respect des engagements pris et (de) discuter du développement du site".

Plus tard dans la journée, une délégation étrangère composée notamment de ministres du G20 et de représentants du Fonds monétaire international (FMI) devaient se rendre dans le parc d'activité de Kaesong pour lequel la Corée du Sud recherche des investisseurs non-coréens en espérant que leur présence dissuadera le Nord de le prendre en otage à l'avenir.

Les étrangers devaient inspecter plusieurs des 120 entreprises dirigées par les Sud-Coréens à Kaesong, mais ils ne devaient pas échanger directement avec des responsables nord-coréens, selon le ministère sud-coréen de l'Unification.

Pyongyang cherche à rassurer

Cette visite intervient quelques jours après le procès et l'exécution de l'oncle de Kim Jong-Un, Jang Song-Thaek, qui avait guidé les premiers pas de son neveu à la tête du pays.

Pour Yang Moo-Jin, professeur à l'université des études nord-coréennes à Séoul, le régime nord-coréen "envoie des messages pour dire que cette exécution ne perturbera ni ses relations internationales ni ses échanges avec le Sud". Il cherche aussi à "rassurer à l'intérieur de ses frontières" et à étouffer tout foyer de mécontentement en multipliant les "mesures bienfaisantes".

Par ailleurs, le basketteur américain Dennis Rodman, qui s'est déjà rendu deux fois en Corée du Nord cette année, pour voir Kim Jong-Un, son "ami pour la vie", doit y retourner du 19 au 23 décembre, ont révélé cette semaine ses sponsors. Il doit organiser un tournoi amical entre une équipe nord-coréenne et d'anciens joueurs de la NBA, le 8 janvier, date de l'anniversaire de Kim Jong-Un.

/ATS


Actualisé le