Les élections tunisiennes de dimanche sont "porteuses d'espoir"

Le Premier ministre tunisien Mehdi Jomaa a estimé samedi que les législatives de dimanche sont "porteuses d'espoir" pour tout le monde arabe, malgré les menaces jihadistes. Il s'est montré confiant à la veille de ce scrutin crucial pour la stabilité du pays.

"Nous savons que cette expérience est visée (par les extrémistes) parce qu'elle est unique dans la région", a dit M. Jomaa. La transition démocratique de la Tunisie depuis la révolution de 2011 "c'est le contre-projet de ces gens-là, de ces groupes-là, donc ils savent que la réussite de cette expérience est une menace pour eux, non seulement en Tunisie, mais dans la région", a-t-il ajouté.

M. Jomaa a fait ce commentaire à des journalistes lors d'une inspection des forces de sécurité et de la logistique électorale dans le nord-est du pays. Quelque 80'000 soldats et policiers seront déployés à l'occasion de ces législatives.

Candidats par milliers

Interrogé sur l'ampleur de la menace jihadiste, au lendemain d'un assaut policier contre un groupe armé présumé, M. Jomaa s'est montré dans l'ensemble confiant. "Nous avons un dispositif sécuritaire qui monte en puissance, qui monte en efficacité. L'opération d'hier, moi ce que j'en retire, c'est que le dispositif est efficace et qu'il doit encore monter en vigilance", a-t-il déclaré.

Lors de cet assaut contre une maison de la banlieue de Tunis, les forces spéciales ont tué six suspects dont cinq femmes. La veille, ce groupe avait abattu un gendarme.

La Tunisie fait figure d'espoir de transition démocratique réussie alors que l'essentiel des pays du "Printemps arabe" ont basculé dans le chaos ou la répression. Le pays a néanmoins connu un essor de la mouvance jihadiste depuis la révolution de 2011.

Campagne morose

Près de 5,3 millions d'électeurs sont convoqués aux urnes dimanche afin d'élire à la proportionnelle 217 députés parmi les quelque 15'000 candidats répartis sur près de 1500 listes. Les Tunisiens de l'étranger votent depuis vendredi dans leur pays d'adoption.

La campagne pour ces élections, qui seront suivies le 23 novembre d'une présidentielle, a été dans l'ensemble morose mais pacifique.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus