Grève reconduite pour 24 heures - François Hollande reste ferme

Les syndicats CGT et Sud-Rail ont reconduit pour 24 heures leur mouvement de grève à la SNCF entamé mardi contre le projet de réforme ferroviaire. Mais François Hollande a averti les grévistes que l'examen du projet de loi irait de l'avant.

Le gouvernement parie sur les divisions syndicales pour que le mouvement s'essouffle. Il se préparait à la poursuite de la grève jusqu'à lundi au moins, premier jour des épreuves du baccalauréat.

"Toutes les assemblées générales ont reconduit massivement le mouvement", a déclaré Julien Troccaz, secrétaire régional Sud-Rail, imité par son collègue de la CGT Gilbert Garrel. "C'est par période de 24 heures. Le mouvement est reconduit au minimum jusqu'à demain."

Il a demandé au secrétaire d'Etat aux Transports Frédéric Cuvillier de "se mettre à une table de négociation".

Examen du projet de loi

Les deux fédérations, majoritaires à elles deux, ont jugé jeudi soir que "le projet de loi demeure fortement néfaste" malgré quelques avancées, dont la convocation d'états généraux du dialogue social à la SNCF. Mais l'exécutif se montre ferme et a confirmé que l'examen du projet de loi débuterait bien mardi à l'Assemblée.

"Ça ne veut pas dire que le dialogue ne puisse pas continuer", a souligné François Hollande. Manuel Valls a lui relevé que la grève à la SNCF "pénalise beaucoup" les usagers et qu'il n'y a "aucune raison qu'elle se poursuive".

Le mouvement s'essouffle

Le taux de participation à la grève était de 17,49% vendredi, soit une baisse d'environ cinq points par rapport à la veille, annoncé la direction de la SNCF. Il avait déjà baissé dans les mêmes proportions jeudi, le taux de grévistes étant de 22,64% contre 27,84% mercredi.

Les syndicats souhaitent un retour à la situation d'avant 1997, soit un seul et même établissement public, et la reprise de la dette ferroviaire de 44 milliards d'euros (près de 54 milliards de francs) par l'Etat. Certains semblent cependant prêts au compromis.

Peu de perturbations en Suisse

Le trafic Eurostar et Thalys est normal, six TGV sur dix circulaient verts l'Italie, la Suisse et le Luxembourg et un sur trois vers l'Espagne.

Dans le détail, trois TGV sur quatre étaient prévus sur la ligne Paris-Lausanne, et cinq sur sept sur la liaison Paris-Zurich, a indiqué à l'ats le porte-parole des CFF Jean-Philippe Schmidt.

En outre, un TGV sur deux devait rouler entre Genève et la capitale française. Les trois TGV de Genève pour Marseille, Nice ou Montpellier étaient encore biffés de l'horaire. Les mêmes perturbations étaient prévisibles au moins jusqu'à samedi.

/ATS

13.06.2014 - 06:24
Actualisé le 13.06.2014 - 06:24

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus