Les experts de l'AIEA reviennent en Iran pour négocier

Les discussions entre l'Agence internationale à l'énergie atomique (AIEA) et l'Iran reprennent samedi. La question sensible d'un éventuel ancien volet militaire du programme nucléaire, ainsi que des mesures concrètes pour améliorer la transparence, sont au programme.

La rencontre, qui doit durer une journée, intervient dans le cadre d'une feuille de route établie en novembre entre l'AIEA et l'Iran. Elle prévoyait six étapes à accomplir par Téhéran d'ici le 11 février, dont la visite d'experts de l'agence à l'usine de production d'eau lourde d'Arak.

Dans un deuxième temps, les discussions doivent aborder des questions "plus difficiles", a prévenu le directeur de l'AIEA, Yuyika Amano, sans qu'il ait été précisé si les six conditions requises avaient toutes été remplies.

Le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Behrouz Kamalvandi, a affirmé jeudi que la portée de la coopération à venir serait décidée selon l'évaluation que ferait l'AIEA des mesures prises durant ces trois premiers mois, selon des propos rapportés par l'agence Isna.

M. Kamalvandi a également dit espérer "que les doutes de l'agence seraient levés", et que les discussions pourraient durer plus longtemps en cas de grandes avancées.

Feuille de route

L'équipe de l'AIEA, menée par l'inspecteur en chef Tero Varjoranta, rencontrera des responsables nucléaires iraniens, emmenés par l'ambassadeur iranien auprès de l'AIEA, Reza Najafi.

La feuille de route fixée en novembre après deux ans de négociations est distincte de l'accord historique conclu peu après entre l'Iran et les 5+1 (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne).

Les inspecteurs de l'AIEA ont visité le 8 décembre l'usine de production d'eau lourde d'Arak, l'un des points d'achoppement des négociations entre l'Iran et les grandes puissances. Le site pourrait fournir en théorie à l'Iran du plutonium susceptible d'offrir une alternative à l'enrichissement d'uranium pour la fabrication d'une bombe atomique.

Inquiétudes

En réponse à ces inquiétudes, le chef de l'OIEA, Ali Akbar Salehi, a affirmé cette semaine que l'Iran était prêt à "faire quelques modifications dans les plans (du réacteur) pour produire moins de plutonium", tout en répétant qu'Arak était un réacteur de recherche.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes