Kiev craint une invasion russe, alors que l'OSCE envoie ses experts

La crainte de voir la Russie répéter dans l'est de l'Ukraine son opération en Crimée a éclaté au grand jour dimanche à Kiev devant des milliers de manifestants. Les dernières bases militaires tombent dans la péninsule, alors que les premiers membres de la mission d'observation de l'OSCE sont arrivés en Ukraine.

Les troupes du président russe Vladimir Poutine sont prêtes à attaquer l'Ukraine "à tout moment", a déclaré le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense Andriï Paroubiï, du podium du Maïdan, la place de l'Indépendance.

"Le but de Poutine n'est pas la Crimée, mais toute l'Ukraine", a lancé M. Paroubiï devant quelque 5000 manifestants. "La situation est même plus explosive qu'elle ne l'était il y a une semaine", a averti dans un entretien le ministre des Affaires étrangères Andrii Dechtchitsa.

Appel lancé par la Crimée

Le ministère russe de la Défense a lui estimé que Moscou "respecte tous les accords internationaux sur la limitation des effectifs des troupes dans les régions frontalières de l'Ukraine". Mais l'OTAN a également évoqué dimanche ce déploiement et ajouté que Moscou pourrait menacer la Transnistrie, région séparatiste de Moldavie.

Le rassemblement "pour l'unité nationale" sur le Maïdan a été convoqué pour répondre à l'agitation séparatiste dans l'Est et à la prise samedi des dernières bases ukrainiennes en Crimée par les Russes.

Les deux questions sont liées. Un "appel au peuple ukrainien" à méditer l'exemple de la péninsule a été lancé par le Premier ministre de la Crimée, désormais rattachée à la Russie.

Sergueï Axionov donne une image sombre des conséquences du volet économique de l'accord d'association entre l'Ukraine et l'UE, à venir dans quelques mois: "impôts d'un montant élevé sans que cela soit justifiable, hausse des prix et montée du chômage, l'âge de la retraite porté au-delà de l'espérance de vie moyenne".

Manifestation à Donetsk

Ces déclarations risquent d'être entendues dans l'est de l'Ukraine. Samedi, quelque 4000 personnes ont manifesté à Donetsk, brandissant des drapeaux russes et demandant le retour de Viktor Ianoukovitch, l'enfant du pays.

Le même jour, des soldats d'élite russes tirant en l'air appuyés par des véhicules blindés ont pris une nouvelle base ukrainienne en Crimée.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus