Les rebelles ukrainiens abattent un hélicoptère de l'armée

Les rebelles prorusses de l'est de l'Ukraine ont abattu jeudi un hélicoptère de l'armée ukrainienne, tuant douze soldats. La situation sur le terrain se détériorait alors que des insurgés ont reconnu détenir les quatre observateurs de l'OSCE disparus depuis lundi soir. Ils ont même laissé entrevoir leur possible libération.

L'appareil abattu, qui transportait des hommes pour la relève des troupes et un général des forces du ministère ukrainien de l'Intérieur, a été visé par un lance-missiles sol-air portatif russe, a affirmé le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov.

M. Tourtchinov avait fait état dans un premier temps de 14 morts, avant que la Garde nationale ne publie un bilan de douze morts et un blessé grave. "Je suis convaincu que nos forces armées (...) mèneront à son terme le nettoyage des terroristes et que les criminels que finance la Russie seront éliminés ou se retrouveront sur le banc des accusés", a-t-il lancé.

Il s'agit de l'une des journées les plus sombres pour l'armée ukrainienne depuis le déclenchement de ses opérations contre les insurgés de l'est du pays.

Possible libération

Sur le terrain également, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a perdu depuis lundi soir le contact avec une équipe de quatre observateurs, un Danois, un Estonien, un Turc et un Suisse. Pour la première fois jeudi, les insurgés ont reconnu les détenir et laissé entrevoir une possible libération.

"Nous savons où ils sont, ils sont sains et saufs", a déclaré Viatcheslav Ponomarev, le "maire" de Slaviansk, un bastion des insurgés dans l'est de l'Ukraine. "Nous les avons interpellés. Nous allons clarifier qui ils sont, où ils allaient et pourquoi, et nous les relâcherons", a-t-il ajouté.

"Non tolérée"

Selon une source de l'OSCE ayant requis l'anonymat, les observateurs sont détenus dans la région de Lougansk, voisine de Donetsk.

La détention des observateurs "ne peut pas être tolérée", a assuré le président de la Confédération Didier Burkhalter dans un communiqué publié par l'OSCE.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus