Tensions sur l'Everest après la menace de grève des sherpas

Les guides népalais ont annoncé mardi qu'ils avaient décidé de ne pas gravir l'Everest cette saison en hommage à leurs seize collègues tués vendredi dans une avalanche. Ils mettent ainsi un terme abrupt aux projets d'ascension de centaines d'alpinistes étrangers.

"Nous avons eu une longue réunion cet après-midi et avons décidé de ne plus grimper cette année, en hommage à nos frères. La décision des sherpas est unanime", a dit l'un d'eux, Tulsi Gurung, à l'AFP depuis le camp de base.

"Certains guides sont déjà partis et d'autres seront encore là pendant environ une semaine, le temps de tout emballer et de partir", a ajouté Gurung, dont le frère fait partie des victimes.

Aide cruciale

Les sherpas apportent une aide cruciale à toute ascension du plus haut sommet du monde. Ils transportent non seulement tentes et approvisionnement mais ils réparent aussi les échelles et fixent des cordes pour aider leurs clients à atteindre le sommet de 8848 mètres.

Le gouvernement a accordé un permis d'ascension à 734 personnes cette saison, dont 400 guides, pour 32 expéditions prévues sur les pentes de l'Everest. Les alpinistes paient plusieurs dizaines de milliers de dollars pour une expédition sur le plus haut sommet du monde.

Seize morts

Treize sherpas ont été tués dans l'avalanche vendredi et les corps de trois autres sont toujours ensevelis sous la neige dans l'accident le plus meurtrier jamais enregistré sur les pentes de l'Everest. "Seize personnes sont mortes sur cette montagne le premier jour de notre ascension. Comment pouvons-nous désormais la gravir?", a dit un autre sherpa, Pasang Sherpa.

Cette décision semble anticiper l'issue des discussions en cours entre les sherpas et le gouvernement népalais. Les guides avaient menacé lundi de mettre fin à la saison si le gouvernement ne répondait pas dans les sept jours à leurs revendications, en particulier un meilleur soutien financier pour les familles des victimes et une meilleure couverture par les assurances.

/ATS


Actualisé le