Les terroristes interrogés comme si de rien n'était sur BFM TV

Les terroristes interrogés comme si de rien n'était sur BFM TV

Photo: Keystone

Amedy Coulibaly, l'auteur de la prise d'otages tragique vendredi à Paris, a déclaré à BFM TV, avant le dénouement de l'affaire, s'être synchronisé avec les frères Kouachi, les tueurs de "Charlie Hebdo". Mais contrairement aux deux frères, liés à Al-Qaïda, le preneur d'otages d'origine africaine s'est revendiqué, lui, de l'Etat islamique (EI).

"On s'est synchronisé pour faire les opérations. On s'est synchronisé pour le départ, cela veut dire qu'eux ont commencé par 'Charlie Hebdo' et moi j'ai commencé par les policiers", a déclaré Amedy Coulibali, qui a appelé lui-même BFM TV.

Il a ajouté avoir pris des otages pour défendre les musulmans opprimés notamment en Palestine, et a justifié le choix d'un magasin casher parce qu'il ciblait des juifs. Selon BFM TV, il a précisé avoir reçu des instructions de l'EI et a affirmé qu'il y avait "quatre morts" dans la supérette, un bilan confirmé après l'assaut.

Son récit accréditerait la thèse selon laquelle les personnes tuées ne l'ont pas été pendant l'assaut donné par les forces de l'ordre.

Il réfute avoir tué "des civils"

Chérif Kouachi, qui a été appelé par la chaîne vendredi matin alors qu'il était déjà assiégé par les forces de l'ordre à Dammartin-en-Goële, a affirmé de son côté avoir été envoyé par la branche yéménite d'Al-Qaïda. "J'ai été envoyé moi, Chérif Kouachi, par Al-Qaïda du Yémen. Je suis parti là-bas et c'est cheikh Anouar al-Aoulaki qui m'a financé", a-t-il déclaré.

Il a expliqué avoir voulu venger le prophète Mohammed, objet des caricatures de "Charlie Hebdo", et a réfuté avoir tué des "civils", accusant les Occidentaux de tuer des femmes et des enfants en Irak, en Afghanistan et en Syrie. Prié de dire quand il se trouvait au Yémen, il a répondu: "Cela fait longtemps, avant qu'il (al-Aoulaki, ndlr) soit tué", en 2011.

Selon des sources européennes et américaines proches de l'enquête, c'est son frère Saïd qui s'est rendu au Yémen en 2011 pour s'entraîner avec des militants islamistes liés à Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa). Anouar al-Aoulaki, l'un des chefs d'Aqpa, très actif sur Internet et considéré comme un influent recruteur pour Al-Qaïda, a été tué dans une frappe de drone américain.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes