Londres publie des éléments en faveur d'une frappe sur la Syrie

Londres "serait toujours autorisée" à mener "une intervention militaire ciblée" en Syrie, même en cas de blocage au conseil de sécurité de l'ONU, "en vertu de la doctrine d'intervention humanitaire", a dit jeudi un porte-parole de Downing Street. Le gouvernement a rendu public un avis juridique interne qui lui a été remis jeudi.

"La position du gouvernement sur la légalité de toute action indique clairement que si l'action au sein du Conseil de Sécurité de l'ONU est bloquée, le Royaume-Uni serait toujours autorisé, en vertu de la doctrine de l'intervention humanitaire, à prendre des mesures exceptionnelles, y compris une intervention militaire ciblée afin d'alléger les souffrances humaines en Syrie", a dit ce porte-parole.

Le gouvernement a lui également publié des éléments des services de renseignements sur l'attaque présumée à l'arme chimique du 21 août dernier près de Damas, évoquant aucun doute sur la matérialité des faits, qu'il était "hautement probable" qu'elle soit due au gouvernement syrien et que "certains" renseignements suggèrent cette responsabilité du régime syrien.

De leur côté, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande sont tombés d'accord lors d'un entretien téléphonique sur la nécessité d'une réaction à l'attaque au gaz toxique et souhaitent un rapport rapide sur le sujet de la part des inspecteurs des Nations unies, a dit jeudi le porte-parole de la chancelière allemande.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus