"Longue et très intéressante" conversation de Poutine avec Castro

Le président russe Vladimir Poutine a entamé vendredi à Cuba une tournée de six jours en Amérique latine. Il a eu à La Havane une "longue et très intéressante conversation" avec l'ancien président Fidel Castro, adversaire historique des Etats-Unis.

L'entretien entre le maître du Kremlin et le "Comandante" âgé de 87 ans "a porté sur des sujets d'actualité internationale, l'état de l'économie mondiale et le développement des relations entre Cuba et la Russie", a indiqué le site officiel cubain Cubasi.

Durant le dialogue "d'environ une heure", les deux hommes ont également parlé "du marché des devises et du développement de l'agriculture", a ajouté le président russe.

Depuis qu'il s'est retiré du pouvoir en 2006, au profit de son frère Raúl, pour raison de santé, Fidel Castro se consacre à l'écriture et reçoit à l'occasion des dignitaires étrangers. Ses apparitions publiques se font de plus en plus rares.

Accords économiques

Au cours de cette tournée en Amérique latine, qui le conduira également en Argentine et au Brésil, Vladimir Poutine compte bien accroître la présence russe dans cette zone, au plus fort des tensions liées au conflit ukrainien.

A Cuba, située à seulement 150 km des côtes des Etats-Unis, le président russe a participé vendredi aux côtés de Raúl Castro à une cérémonie au monument érigé à La Havane en hommage aux soldats soviétiques, puis a déposé une gerbe au mémorial du héros national José Martí.

Lors de cette visite, il entend mettre l'accent sur l'économie. La Havane va notamment conclure un accord de prospection pétrolière avec la compagnie russe Rosneft. Les opérations communes de Rosneft et de la compagnie cubaine Cupet "pourront débuter dans un avenir très proche", a assuré M. Poutine.

Une autre compagnie russe, Zaroubejneft, est déjà impliquée dans l'exploration et l'exploitation des gisements cubains offshore, qui représentent 20 milliards de barils, selon les autorités locales. L'institut américain de géologie les évalue quant à lui à 4,6 milliards de barils.

Dette quasiment annulée

Vladimir Poutine a par ailleurs promis de réinvestir 3,5 milliards de dollars de la dette cubaine envers la Russie dans des projets de développement dans l'île, dans le cadre de l'accord aux termes duquel Moscou a effacé 90% de la dette de La Havane, soit près de 32 milliards de dollars.

"Nous apporterons notre soutien à nos amis cubains pour qu'ils surmontent le blocus illégal (américain)", a lancé le président russe.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes