Mandat d'arrêt contre l'ancien président géorgien Saakachvili

Un mandat d'arrêt a été délivré samedi contre l'ancien président géorgien Mikheil Saakachvili soupçonné d'abus de pouvoir. La décision prise par le tribunal de Tbilissi est dénoncée par les partisans de l'ex-chef de l'Etat comme une mesure politique.

M. Saakachvili, qui vit à l'étranger depuis la fin de son second et dernier mandat, en novembre dernier, est accusé d'abus de pouvoir et de recours à une force excessive contre des manifestants qui avaient contesté son pouvoir en novembre 2007 à Tbilissi. La justice lui reproche aussi une descente des forces de l'ordre contre le siège d'une chaîne de télévision.

Des mandats d'arrêt visent pour les mêmes faits son ancien ministre de la Défense David Kezerachvili et l'ancien procureur général Zourab Adeichvili, qui vivent également à l'étranger.

Ex-chef de gouvernement visé

Les soutiens de M. Saakachvili ont dénoncé une mesure lancée par les nouveaux dirigeants géorgiens, arrivés au pouvoir lors des élections législatives d'octobre 2012. Des dizaines d'anciens responsables et fonctionnaires au total ont été arrêtés depuis.

Et M. Saakachvili y voit la preuve d'une politisation de la justice qu'il impute à l'ancien Premier ministre et chef de la coalition au pouvoir, Bidzina Ivanichvili.

Mise en garde lancée par l'opposition

"Cette décision va apporter davantage de confrontation", a déclaré le député d'opposition David Bakradzé.

Dans un communiqué publié jeudi, la cheffe de la diplomatie européenne Catherine Ashton avait pris acte "avec inquiétude" de l'inculpation de M. Saakachvili.

"Si nul n'est au-dessus des lois, les poursuites judiciaires en Géorgie devraient être transparentes, proportionnées, libres de toute motivation politique et respecter strictement les règles de procédure", affirmait-elle.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus