Manoeuvres militaires à la frontière entre la Russie et l'Ukraine

L'Ukraine s'est dotée jeudi d'une Garde nationale pour renforcer sa défense face à la Russie. Moscou manoeuvre militairement à la frontière, sous la surveillance des avions de l'OTAN, à trois jours d'un référendum qui doit entériner la perte de la Crimée pour l'Ukraine.

Quelque 4000 parachutistes russes, 36 avions et 500 véhicules participent à des manoeuvres dans la région de Rostov-sur-le-Don, près de la frontière ukrainienne, selon l'agence russe Itar-Tass. Cette démonstration de force est complétée par le déploiement en Biélorussie de six avions de combat Su-27 et de trois appareils de transport militaire.

Les mouvements de l'armée russe répondent à l'intensification des missions de reconnaissance de l'OTAN près de l'Ukraine: des avions radar Awacs survolent la Pologne et la Roumanie, alors que des chasseurs F-15 et F-16 ont été envoyés en Pologne et en Lituanie.

"Prêtes à envahir"

Le président par intérim de l'Ukraine Oleksander Tourtchinov a affirmé jeudi que des forces russes étaient concentrées aux frontières orientales du pays et se tenaient "prêtes à l'envahir". Il estime néanmoins que les initiatives internationales sont à même de mettre fin à "l'agression russe" et d'écarter le risque de guerre.

"Nous faisons tout ce que nous pouvons pour éviter une guerre, que ce soit en Crimée ou dans tout autre région d'Ukraine", a-t-il dit à une chaîne de télévision locale, ajoutant que les forces armées ukrainiennes avaient été placées en mode opérationnel.

Création d'une Garde nationale

A Kiev, les députés ukrainiens ont adopté la création d'une Garde nationale qui viendrait soutenir l'armée ukrainienne et ses 130'000 hommes, dont une moitié de conscrits. La Russie dispose de 845'000 soldats.

Cette Garde nationale, qui pourrait compter jusqu'à 60'000 hommes, sera notamment composée des "groupes d'autodéfense" qui étaient en première ligne sur les barricades à Kiev pendant la contestation.

Iatseniouk à New York

Comme M. Tourtchinov, le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a estimé jeudi devant le Conseil de sécurité de l'ONU qu'il y avait "encore une chance" de résoudre le conflit avec Moscou pacifiquement, tout en accusant la Russie de contrevenir à l'article 2 de la Charte de l'ONU sur le non-usage de la force contre un Etat souverain.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus