Mansour prête serment comme chef de l'Etat par intérim

Le président du Conseil constitutionnel égyptien, Adly Mansour, a prêté serment comme président par intérim jeudi, au lendemain du renversement par l'armée de l'islamiste Mohamed Morsi. Entre autres réactions de par le monde, la Suisse a appelé à un retour rapide de la démocratie en Egypte.

"Je m'engage à préserver le système de la République, à respecter la Constitution et la loi et à protéger les intérêts du peuple ", a dit M. Mansour lors d'une brève cérémonie au siège du Conseil constitutionnel. Le magistrat a été désigné par l'institution militaire pour remplacer le président déchu.

Appel de la Suisse

La Suisse a pris connaissance avec "inquiétude" de la suspension de la constitution et de la destitution du président Mohamed Morsi par l'armée mercredi soir.

Dans un communiqué, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) appelle toutes les parties à rechercher des solutions politiques à la crise actuelle et à éviter une escalade de la violence.

Selon les services de Didier Burkhalter, le retour du processus démocratique doit se faire "avec l'implication de toutes les forces sociales du pays et dans le respect des droits fondamentaux".

Le DFAE rappelle par ailleurs qu'il déconseille les voyages "non urgents" à destination du Caire et des grandes villes comme Alexandrie, Suez, Port Saïd ou Ismailia.

Les voyages en Egypte devraient se limiter aux stations balnéaires du bord de la mer rouge, ainsi qu'aux centres touristiques de la Haute-Egypte tels que Louxor, Assouan ou Abou Simbel.

Avec le nouveau pouvoir

Le Royaume-Uni "travaillera" avec le nouveau pouvoir en place en Egypte, a déclaré jeudi le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague. Il a toutefois réaffirmé que Londres ne soutenait pas "les interventions militaires dans un système démocratique".

Appel russe à la "retenue"

Le ministère russe des affaires étrangères a de son côté appelé toutes les forces politiques en Egypte à la "retenue" et à rester "dans le cadre démocratique, sans violence et dans le respect des intérêts de toutes les couches et toutes les confessions de la société égyptienne".

/SERVICE


Actualisé le