Massacre dénoncé dans un village de la côte syrienne

Pour la première fois, l'armée syrienne a bombardé vendredi des quartiers sunnites de Banias, ville côtière de l'ouest du pays, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Par ailleurs, l'opposition syrienne a dénoncé un "massacre" qui a fait au moins 50 tués dans un village proche.Certains quartiers du sud de Banias, comme ceux de Ras al-Nabaa et Ras al-Rifaa, ont été bombardés par les troupes régulières. Les soldats aux barrages militaires, disséminés dans la région, ont ouvert le feu", a ajouté l'OSDH, une ONG proche de l'opposition. Ces éléments restent impossibles à vérifier de manière indépendante."Au sud de la ville, les soldats mènent une campagne de perquisitions et d'arrestations provoquant la panique chez les habitants. Je crains qu'il n'y ait un massacre à Banias comme celui qui s'est produit jeudi à Bayda", a affirmé à le directeur de l'ONG, Rami Abdel Rahmane.Au moins 50 personnes, essentiellement des civils, ont été tuées jeudi par l'armée syrienne et ses supplétifs à Bayda, à la périphérie de Bania, selon l'OSDH. "Certains ont été exécutés de façon sommaire, tués par balle, poignardés ou brûlés", a dit le directeur de cette ONG.Appel aux Nations uniesLa Coalition de l'opposition syrienne appelle la Ligue arabe et les Nations unies à agir rapidement pour sauver les civils de Bayda, de Banias et des autres villages à travers la Syrie, affirme l'opposition dans un communiqué. Elle accuse le régime de "crimes de guerre et de génocide".L'agence officielle SANA, citant un haut responsable, avait rapporté jeudi que l'armée avait tué des "terroristes" - un terme utilisé par le régime pour désigner les rebelles - à Bayda et dans d'autres régions habitées par des sunnites.Réduit alaouiteLa région de Banias est majoritairement alaouite, avec une population sunnite dans les villages de sa périphérie sud. Les rebelles qui combattent les forces du régime sont majoritairement sunnites."Le régime n'autorisera pas la présence de rebelles dans cette région", qui fait partie du "pays alaouite" sur la côte syrienne, a précisé M. Abdel Rahmane. /SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus