Mexique: le matériel radioactif volé retrouvé hors du camion

Le matériel radioactif volé lundi au Mexique a été retrouvé mercredi à un demi-kilomètre du camion qui le transportait et en dehors de son conteneur, selon un responsable de la Commission nationale de sécurité nucléaire (CNSNS). Cela met la vie de la personne qui l'a manipulé en danger.

Mardonio Jiménez, directeur de la supervision opérationnelle du CNSNS, a précisé qu'un détachement militaire et policier a barré l'accès de la zone, une partie rurale de l'Etat de Mexico (centre), pour protéger la population de tout risque et récupérer la source radioactive, a-t-il ajouté.

Les autorités mexicaines avaient averti, en lançant une alerte après le vol, que le chargement du camion avait à son bord un chargement radioactif "extrêmement dangereux".

Le véhicule blanc de marque Volkswagen transportait du matériel médical vers un centre de stockage de déchets radioactifs lorsqu'il a été braqué lundi dans une station-service de Tepojaco, dans l'Etat d'Hidalgo, à environ 50 kilomètres au nord de Mexico, a annoncé la Commission nationale mexicaine de sécurité nucléaire (CNSNS).

Deux hommes armés

Le matériel devait être livré, non loin de là, au centre de stockage de déchets radioactifs, à Maquixco, dans l'Etat de Mexico. Le vol a été perpétré par deux hommes armés qui ont attaché le conducteur du camion, selon la déposition de ce dernier aux autorités locales.

"Je suis arrivé à la station-service. Deux individus se sont approchés de moi, m'ont menacé avec des armes à feu et sont partis avec le camion en me laissant sur les lieux", a dit le conducteur dans sa première déposition, montrée par des officiels de l'Etat d'Hidalgo à des journalistes.

Risques sanitaires

Selon l'autorité nucléaire, le matériel contenu dans le camion "ne représente aucun risque tant que la protection n'est pas enlevée ou endommagée". Mais le CNSNS avait exhorté d'avance "toute personne qui serait en possession du chargement ou le trouverait à ne pas l'ouvrir ni l'endommager, ce qui pourrait avoir de graves conséquences sanitaires".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes