Moscou élit son maire, l'opposition gagne du terrain

Moscou élit dimanche son maire dans un scrutin où l'opposant numéro un russe Alexeï Navalny défie le favori soutenu par le Kremlin et le système politique de Vladimir Poutine. Il n'a guère de chances de l'emporter, mais son résultat pourrait avoir valeur de signal.

Sa participation au scrutin change la donne dans un paysage politique aseptisé et où l'opposition est marginalisée depuis dix ans. Il a appelé vendredi les Moscovites à voter pour lui pour briser la domination de Vladimir Poutine, un président "omniprésent dans l'espace politique russe".

Il a estimé que son résultat aux municipales enverrait un clair signal au pouvoir et déterminerait "si l'on peut mettre les gens en prison et continuer de voler de l'argent". Cette campagne "aurait pu être celle de la présidentielle", a estimé l'opposant, qui a dans le passé déclaré son intention de briguer la présidentielle de 2018.

Condamné en juillet à cinq ans de détention pour des accusations de malversations qu'il dit fabriquées de toutes pièces, Navalny a été emprisonné puis libéré contre toute attente par la justice jusqu'à l'examen en appel.

L'opposant a mené une campagne très active dans la rue et sur l'internet. Il a nettement grimpé dans les sondages à 18%-20% des intentions de vote, mais il demeure loin derrière le maire sortant Sergueï Sobianine (58%-60%).

Pas de débats

Le maire sortant Sergueï Sobianine, 55 ans, un gestionnaire efficace sans charisme, a mené campagne dans un tout autre style. Il a notamment refusé de participer aux débats, disant préférer poursuivre son travail pour la ville.

Il a multiplié les initiatives pour séduire les Moscovites, de la création d'un système de vélos en libre-service à de gigantesques chantiers de rénovation du centre historique.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes