Moscou réagit aux sanctions, la Crimée est progressivement intégrée

Moscou a réagi jeudi à l'extension des sanctions américaines, qui frappent désormais 31 Russes ou Ukrainiens pro-russes, en publiant une liste de hauts responsables américains interdits d'entrée sur son territoire. La Crimée se trouve progressivement intégrée à la Russie, dont l'Ukraine s'éloigne toujours davantage.

Au vu de la situation, François Hollande a annoncé l'annulation du sommet UE-Russie prévu en juin à Sotchi. "Il y a une suspension des relations politiques (...) la réunion UE-Russie ne peut avoir lieu dans ces conditions", a déclaré le président français jeudi à son arrivée au sommet des dirigeants européens à Bruxelles.

Les 28 Etats membres se penchent sur la crise provoquée par l'absorption de la Crimée par la Fédération de Russie. A l'occasion du sommet, l'Ukraine doit signer vendredi le volet politique de son accord d'association avec l'Union Européenne.

Pression sur la Russie

L'Occident exerce une pression accrue sur la Russie. Washington a ajouté 20 noms à sa liste des personnes sanctionnées en raison de la situation en Ukraine. Onze responsables russes ou pro-russes en Ukraine avaient déjà été punis lundi. Une banque est aussi touchée, la "Bank Rossiya".

Moscou a réagi quelques minutes après cette annonce. Le Kremlin inflige des sanctions à neuf responsables américains, dont Harry Reid et John Boehner, respectivement présidents du Sénat et de la Chambre des représentants, et le sénateur John McCain. L'entrée en Russie leur est désormais interdite.

L'Union Européenne va également allonger la liste des personnalités russes et ukrainiennes pro-russes frappées d'interdiction de visa et de gels des avoirs, a annoncé Angela Merkel au Bundestag. La chancelière allemande a de surcroît menacé Moscou de nouvelles sanctions économiques et de l'annulation du sommet du G8 à Sotchi.

Evacuation des militaires de Crimée

A Kiev, le parlement ukrainien a adopté jeudi une résolution du président Olexandre Tourtchinov. L'Ukraine "ne reconnaîtra jamais l'annexion" de la péninsule par la Russie, selon ce texte largement symbolique, et "ne cessera pas sa lutte pour la libération de la Crimée aussi longue et douloureuse qu'elle soit".

Néanmoins, le gouvernement prépare l'évacuation des quelque 20'000 militaires stationnés en Crimée et de leurs familles, et les gardes-frontière ukrainiens ont commencé à regagner les régions continentales. Un millier de civils ont d'ores et déjà quitté la république autonome de Crimée.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus