Musée juif: l'auteur présumé de la fusillade arrêté à Marseille

L'auteur présumé de la fusillade meurtrière du Musée juif de Bruxelles a été arrêté à Marseille. Ce Français de 29 ans avait avec lui des armes et une vidéo qui évoque l'attaque en Belgique. Il a fait plusieurs années de prison et aurait passé récemment plus d'un an en Syrie.

Le suspect a été interpellé vendredi aux abords de la gare Saint-Charles à Marseille, ont précisé dimanche les autorités françaises. Il a été placé dans les locaux de la police judiciaire marseillaise avant d'être transféré à Paris.

L'homme avait en sa possession un fusil Kalachnikov et une arme de poing qui pourraient être les armes utilisées à Bruxelles, a-t-on précisé. Parmi ses vêtements, il y avait une casquette semblable à celle que portait le tireur du musée.

Les policiers ont également mis la main sur la carte mémoire de son appareil photo. Elle contient une vidéo dans laquelle un homme, revendique l'attaque. La voix ressemble à celle du suspect.

Lors de son interpellation, l'homme avait en outre dans ses bagages un "drap" portant une inscription au nom de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), groupe jihadiste actif notamment en Syrie, a précisé le procureur de Paris François Molins, lors d'une conférence de presse. Le suspect a passé "plus d'une année" dans ce pays à compter de fin 2012 début 2013.

Caméra fixe

Remis dès vendredi aux agents de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), il a été placé en garde à vue pour assassinat et tentative d'assassinat, ainsi que pour détention et transport d'armes, en lien avec une entreprise terroriste, a précisé une source judiciaire. "Il ne dit rien, invoquant le droit au silence", a dit François Molins.

Sa garde à vue a débuté vendredi à la mi-journée. Elle peut durer 96 heures, c'est-à-dire jusqu'à mardi, voire 144 heures, jusqu'à jeudi, si les enquêteurs devaient invoquer une menace terroriste imminente.

Par ailleurs, la presse belge avait rapporté que le tueur portait une caméra fixée à la bandoulière d'un de ses sacs. Or le suspect a été arrêté avec une caméra portative de type GoPro. Les expertises scientifiques sur ses armes et sa caméra commencent à fournir des éléments "probants", selon une source proche de l'enquête.

De retour de Syrie

Originaire de Roubaix, le suspect s'est radicalisé au cours de séjours successifs en prison, notamment à Lille et à Toulon. Il "s'était illustré par son prosélytisme extrémiste et l'appel à la prière collective en promenade", a dit le procureur.

Il avait déjà été condamné par la justice, notamment dans une affaire de braquages, a dit dimanche son avocate. Au total, il a été incarcéré à cinq reprises en France.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus