"Ne votez pas comme des moutons!", exhorte Desmond Tutu

"Ne votez pas comme des moutons!", a lancé mercredi aux Sud-Africains l'archevêque Desmond Tutu. Il s'est exprimé à deux semaines des élections du 7 mai, répétant qu'il ne voterait plus pour le Congrès national africain (ANC) de son ami Nelson Mandela, dont vingt ans de pouvoir l'ont déçu.

"Nous avons une chose précieuse, le droit de vote. Réfléchissez à ce que vous voulez en faire. Utilisez votre droit de vote. Réfléchissez, réfléchissez, réfléchissez!", a martelé le prix Nobel de la paix, âgé de 82 ans, en se frappant le front de l'index. Il a pris la parole lors d'une conférence de presse à la cathédrale anglicane du Cap.

Toujours une conscience morale du pays même s'il est officiellement à la retraite, le prélat a répété ce qu'il avait déclaré avec fracas l'an dernier. Il l ne votera plus pour l'ANC, le parti au pouvoir depuis vingt ans en Afrique du Sud.

"Je ne vais pas voter pour eux. Je le dis le coeur lourd. (...) Je vais voter, mais je ne vais pas vous dire pour qui je vais voter", a-t-il dit. S'il a évité de s'appesantir sur l'ANC, Mgr Tutu a lâché quelques piques.

"Société compassionnelle"

"Nous rêvions d'une société dans laquelle les gens sentent que leur opinion compte, une société compassionnelle. Ca ne peut être une société où les enfants vont se coucher le ventre creux", a-t-il lancé, alors que le quart des Sud-Africains ne mangent pas à leur faim.

"Personne ne devrait aller se coucher le ventre creux, c'est une honte. Nous ne devrions pas lire d'histoire d'enfants qui tombent dans un trou d'aisance, c'est une honte", a-t-il poursuivi, rappelant qu'un jeune garçon était mort après être tombé dans les latrines sommaires de son école en janvier.

Prenant à témoin son ami Nelson Mandela -déjà affaibli à l'époque-, Desmond Tutu avait déclaré à propos de l'état de nombreuses écoles du pays en 2012: "S'il savait ce qui se passe, il en pleurerait. C'est totalement inacceptable!" Les choses n'ont que peu évolué depuis.

Dirigeants égratignés

Evoquant Mandela et les grands noms de la lutte contre le régime ségrégationniste de l'apartheid, il a égratigné les dirigeants actuels de l'ANC."Il y a des gens bien, il y a des gens médiocres", selon lui.

"Nous devons admettre qu'ils ne sont pas très nombreux, les successeurs de ces leaders (historiques du mouvement) qui leur arrivent à la cheville. Mais leurs chevilles étaient hautes!"

Toutes les couleurs de peau

"Je n'ai jamais appartenu à aucun parti. J'ai pensé soutenir un parti aussi proche que possible des choses que j'aimerais voir", a noté l'ecclésiastique anglican. "Nous avons fait des choses remarquables" depuis 1994, a-t-il cependant relevé.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus