Niger: double attentat revendiqué par le groupe jihadiste Mujao

Les jihadistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) ont revendiqué jeudi un double attentat qui a visé l'armée nigérienne et le groupe nucléaire français Areva dans le nord du Niger. Ces attaques, qui ont fait au moins dix morts, visaient selon lui les "ennemis de l'islam".Au moins dix personnes ont été tuées jeudi par l'attentat à la voiture piégée perpétré à Agadez, dans le nord du Niger, contre un camp de l'armée nigérienne, a-t-on appris de source occidentale, tandis que les autorités nigériennes ont confirmé des décès dans les rangs de l'armée et des assaillants.Un autre attentat à Arlit (plus de 200 km au nord d'Agadez) sur un site d'uranium d'Areva a tué le kamikaze et, selon le groupe français, fait 13 blessés parmi les travailleurs nigériens.Menaces de nouvelles attaques"Nous avons attaqué la France et le Niger pour sa coopération avec la France dans la guerre contre la charia", a déclaré à l'AFP un porte-parole du Mujao, Abu Walid Sahraoui, en menaçant d'autres actions. "Nous allons continuer les attaques contre la France et tous les pays qui sont avec la France contre l'islam dans la guerre du nord du Mali", a-t-il affirmé.Le Niger est engagé au sein de la force africaine au Mali déployée à la suite de l'offensive lancée en janvier par l'armée française contre les groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda, dont le Mujao.Le Mujao a occupé pendant plusieurs mois en 2012 Gao, la plus grande ville du nord du Mali où l'armée nigérienne fut l'une des premières à arriver après sa libération par les soldats français fin janvier.Premier attentat suicide hors du MaliCe groupe, également accusé de trafic de drogue, a déjà commis plusieurs attentats suicides dans le nord du Mali depuis la reprise de cette région par les troupes françaises et africaines, mais c'est la première fois qu'il revendique de tels attentats en dehors du territoire malien. /SERVICE


Actualisé le