Noir tué à Ferguson: dix coups de feu tirés selon un enregistrement

Un enregistrement diffusé mardi par CNN sur la mort du jeune noir américain Michael Brown, tué par un policier blanc le 9 août à Ferguson, aux Etats-Unis, laisse entendre qu'une dizaine de coups de feu auraient été tirés. Selon les autopsies, la victime a été touchée par six balles.

Ce bref enregistrement aurait été réalisé par inadvertance par un habitant de Ferguson alors qu'il conversait par Skype avec une autre personne. Il n'a pas été authentifié par le FBI, qui s'est refusé à commenter une enquête en cours.

CNN a diffusé un enregistrement audio dans lequel on peut entendre ce qui semble être six coups de feu, suivis d'une pause, puis quatre ou cinq autres coups de feu.

L'avocate de l'auteur de l'enregistrement a indiqué à CNN que la cassette avait été remise au FBI et qu'elle avait été enregistrée par son client non loin du lieu où Michael Brown a été abattu par au moins six balles, selon des autopsies concordantes.

"Je suis très préoccupée par cette pause (...) car il ne s'agit pas seulement du nombre de coups de feu, il s'agit de comment ils ont été tirés", a-t-elle déclaré à la chaîne de télévision. "Et cela présente un grand intérêt sur la manière dont cette affaire va finalement se conclure", a-t-elle ajouté.

L'importance de la pause

Les versions diffèrent sur la mort de Michael Brown. Pour les uns, le garçon de 18 ans aurait tenté de se saisir de l'arme du policier qui l'a abattu. Pour d'autres témoins, dont l'ami de Michael Brown qui l'accompagnait, il avait les mains en l'air.

Selon les autopsies diligentées par la famille et le ministère américain de la justice, le jeune homme a été atteint d'au moins six balles.

Selon Natalie Jackson, une avocate des droits civiques étrangère à l'affaire, "le nombre de coups de feu n'a pas autant d'importance que la pause", car cette dernière pourrait suggérer, comme le rapportent certains témoins, que le jeune noir s'est retourné à ce moment-là vers le policier les mains en l'air. La pause pourrait aussi correspondre au moment où le policier le sommerait de se rendre.

Un grand jury du comté de Saint-Louis a été chargé de décider s'il y a lieu de poursuivre l'agent de 28 ans, pour l'heure mis en congé forcé. Une centaine de manifestants ont défilé mardi à Saint-Louis, pour réclamer son arrestation.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes