Plus de 30 morts depuis le début des manifestations prokurdes

Les manifestations prokurdes qui secouent depuis lundi soir la Turquie, notamment sa partie sud-est à majorité kurde, ont fait au moins 31 morts et 360 blessés, dont 139 policiers. L'annonce a été faite vendredi à Ankara par le ministre de l'Intérieur Efkan Ala.

Les forces de l'ordre ont interpellé 1024 personnes dont 58 ont été inculpées et écrouées, a ajouté M. Ela devant la presse, précisant que de nombreux bâtiments publics et commerces avaient été endommagés.

"Cet enchaînement de violence doit s'arrêter immédiatement", a tonné le ministre, "tout le monde doit jouer son rôle pour mettre un terme à ces incidents".

Les émeutes ont débuté lundi soir, après un appel lancé par le principal parti kurde du pays à manifester contre le refus du gouvernement de venir en aide militairement à la ville frontalière kurde de Kobané, en Syrie, assiégée par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Prokurdes contre nationalistes

La plupart des victimes recensées par M. Ela vendredi ont été tuées lors d'affrontements entre des militants proches des rebelles kurdes turcs du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et des partisans de mouvements islamistes ou nationalistes.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a dénoncé jeudi une tentative de "sabotage" des pourparlers de paix en cours entre Ankara et le PKK. Il a promis de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour réprimer les fauteurs de troubles.

D'autres manifestations violentes ont encore eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi dans de nombreuses villes du pays, notamment à Gaziantep (sud) ou 4 personnes ont été tuées lors de heurts entre factions rivales.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes