Quinze morts dans des heurts entre manifestants en Egypte

Au moins quinze personnes ont été tuées dimanche en Egypte dans des heurts entre les forces de l'ordre et des partisans du président islamiste destitué par l'armée Mohamed Morsi. Ces décès sont intervenus sur fond de célébration du 40e anniversaire de la guerre israélo-arabe de 1973.

Alors que le pays est sous état d'urgence depuis le 14 août et que Le Caire est soumis à un couvre-feu nocturne et parsemé de barrages de militaires équipés de blindés, le déploiement des troupes était encore plus impressionnant dimanche que d'ordinaire.

Dans le même temps, les anti-Morsi avaient demandé aux Egyptiens de descendre massivement dans la rue pour soutenir l'armée et les autorités. Vendredi, au moins quatre civils avaient péri dans des heurts entre pro et anti-Morsi au Caire.

Grenades lacrymogènes

"Au moins 15 personnes ont été tuées et 83 blessées dans tout le pays", a déclaré Khaled al-Khatib, haut responsable du ministère de la Santé. Il n'a pas précisé qui avait péri, ni où et dans quelles circonstances.

Au Caire, de violents heurts ont éclaté entre pro et anti-Morsi et les policiers anti-émeute. Ces derniers ont dispersé les islamistes à coups de grenades lacrymogène, de chevrotine et, parfois, de rafales d'armes automatiques, dès que leurs rassemblements grossissaient, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Depuis la mi-août, policiers et militaires ont carte blanche pour ouvrir le feu sur tout manifestant qui s'en prend à des biens publics, ce qui laisse libre cours à la plus large interprétation.

Appel de Tamarod

Dimanche, quelques milliers d'anti-Morsi se sont rassemblés au Caire sur la place Tahrir, emblématique pour la révolte populaire qui a renversé le président Hosni Moubarak début 2011.

Le mouvement Tamarrod, à l'origine de manifestations monstres le 30 juin pour réclamer le départ de M. Morsi accusé de vouloir islamiser à outrance la société, a lui aussi lancé un appel à la mobilisation dimanche "sur toutes les places d'Egypte" pour défendre la révolution de 2011, celle qui renversa M. Moubarak.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus