Opération à Slaviansk et incendie meurtrier à Odessa

L'Ukraine a lancé vendredi une opération militaire sur le bastion séparatiste pro-russe de Slaviansk, perdant au moins quatre soldats dans des violences qui ont fait neuf tués et s'attirant une réponse menaçante de la Russie, qui en a appelé à l'ONU. Un incendie à Odessa a fait au moins 38 tués après des affrontements qui avaient fait trois tués.

Lancée à Slaviansk et Kramatorsk, l'opération s'est dans la journée figée en un face-à-face. "Malheureusement, nous avons des informations sur deux morts et sept blessés parmi nos soldats", a déclaré le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov qui a évoqué un bilan de sept tués. Deux soldats ont ensuite été tués au cours d'"intenses combats", a annoncé le ministère de la Défense.

Selon le ministère de l'Intérieur, l'armée a pris le contrôle de neuf barrages qui étaient auparavant aux mains des rebelles. Dans les villages autour de Slaviansk, les militaires ukrainiens ont parfois été accueillis avec hostilité par la population locale qui leur a crié de "rentrer chez eux" et a tenté de bloquer les routes à leurs blindés.

A Odessa, une manifestation en faveur de l'unité de l'Ukraine a été violemment attaquée par des militants pro-russes, se soldant par au moins trois tués et une quinzaine de blessés.

Réunion du Conseil de sécurité

Trente-huit personnes ont ensuite péri dans un incendie d'origine criminelle dans un immeuble, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

La Russie, que Kiev et l'Occident accusent de téléguider le mouvement pro-russe, a vivement réagi à l'annonce de l'opération militaire à Slaviansk, qu'elle a qualifiée de "raid de représailles" et de "coup de grâce à l'accord de Genève" conclu à la mi-avril entre Moscou, Kiev et les Occidentaux.

Elle a par ailleurs réclamé une réunion du Conseil de sécurité, a annoncé l'ONU.

La Russie a parallèlement accru sa pression sur Kiev en signalant au cours d'une réunion à Varsovie qu'elle pourrait réduire ses livraisons de gaz à l'Ukraine faute de prépaiement d'ici à la fin mai.

Accord évoqué

Barack Obama a de son côté appelé la Russie à contribuer à la libération des observateurs militaires d'Etats membres de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) détenus à Slaviansk, dans l'est de l'Ukraine, par des séparatistes pro-russes.

Les négociations pour obtenir la libération des 11 hommes (sept étrangers et quatre Ukrainiens) se trouvent dans "une phase très sensible", a affirmé à Berne le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier.

Il a été convenu d'organiser et de coordonner divers contacts au plus haut niveau, a de son côté déclaré le président en exercice de l'OSCE, Didier Burkhalter.

A Slaviansk, le maire autoproclamé, le chef rebelle Viatcheslav Ponomarev, a demandé dans un message vidéo aux "femmes, enfants et retraités de ne pas sortir de chez eux" et à "tous les hommes armés d'aider" les insurgés.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus