Entrée en vigueur des sanctions européennes contre la Russie

Les nouvelles sanctions européennes contre Moscou, qui visent notamment à limiter le financement de l'économie russe, sont entrées en vigueur vendredi matin avec leur publication au Journal officiel de l'Union européenne. Elles prévoient aussi des mesures ciblées contre 24 personnalités russes et ukrainiennes.

Elles sont accusées d'être impliquées dans le conflit en Ukraine. Les sanctions bloquent le financement de la dette de trois compagnies pétrolières, Rosneft, Transneft et la branche pétrolière de Gazprom, Gazprom Neft, ainsi que trois du secteur de la défense, OPK Oboronprom, United Aircraft Corporation et Uralvagonzavod.

Sont aussi visées neuf entreprises produisant des biens dits à double usage civil et militaire, avec lesquels les Européens ont interdiction de commercer.

Dans la liste des 24 personnes russes et ukrainiennes visées par un gel des avoirs et une interdiction de voyager dans l'UE figurent Sergueï Chemezov, présenté comme un proche du président Vladimir Poutine, un vice-président de la Russie, Youri Vorobiov, et plusieurs vice-présidents de la Douma, Vladimir Vasiliev, Ivan Melnikov et Igor Lebedev.

Pas de solution militaire

Sur le plan diplomatique, le président ukrainien Petro Porochenko a déclaré vendredi qu'il n'y avait pas de solution militaire à la crise dans l'est de l'Ukraine. Il s'est à nouveau dit favorable à une décentralisation modérée au profit des régions.

Après cinq mois de conflit, les autorités ukrainiennes et les séparatistes prorusses de l'est observent depuis une semaine un cessez-le-feu qualifié de "très fragile mais efficace" par le président.

"Pour préserver l'unité du pays, il nous faut une décentralisation des pouvoirs", a déclaré M. Porochenko. Il a cependant ajouté que le gouvernement national devait conserver ses compétences en matière de sécurité et de politique étrangère.

S'exprimant lors d'une conférence de presse à Kiev, le haut responsable s'est en outre réjoui des nouvelles sanctions imposées vendredi par l'UE à la Russie. "Je n'avais jamais ressenti auparavant ce niveau de solidarité", a-t-il dit, citant également les manifestations de soutien en faveur de l'Ukraine exprimées lors du récent sommet de l'Otan au Pays de Galles.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes