Sept Casques bleus tués dans une attaque au Darfour

Sept Casques bleus ont été tués et 17 blessés samedi dans la région soudanaise du Darfour, a annoncé la force conjointe de maintien de la paix ONU-Union africaine (Minuad). Il s'agit de l'incident le plus meurtrier qu'a connu la Minuad en cinq ans d'opérations. Ban Ki-moon est "indigné".

"L'équipe de la Minuad s'est retrouvée sous le feu d'un important groupe non identifié. Après un long échange de tirs, la patrouille a pu être évacuée grâce à des renforts de la Minuad", a indiqué l'organisation dans un communiqué.

L'attaque s'est produite près d'une base de la Minuad située à Manawashi, au nord de Nyala, principale ville du Darfour, et à 25 km de celle de Khar Abeche. La Minuad n'a pas donné la nationalité des victimes, mais des troupes tanzaniennes sont chargées de ce secteur.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est déclaré "indigné" après ce drame, a déclaré samedi son porte-parole Martin Nesirky. M. Ban "condamne cette attaque odieuse contre la Minuad, la troisième en trois semaines, et attend du gouvernement soudanais qu'il agisse rapidement pour traduire en justice les responsables".

Début juillet, trois Casques bleus nigérians avaient été blessés dans une embuscade visant leur convoi à Lavado, à une soixantaine de kilomètres à l'est de Nyala. Un assaillant avait été tué par les Casques bleus, avait expliqué peu après le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, lors d'une visite au Soudan.

La ville de Nyala elle-même a été le théâtre de violences la semaine passée. Selon des responsables, des "différends" entre membres de forces de sécurité ont été à l'origine des heurts qui ont fait au moins huit morts, dont deux travailleurs humanitaires, entre le 3 et le 7 juillet.

40 Casques bleus tués depuis 2007

Plus de 40 Casques bleus ont péri lors d'actions hostiles depuis la mise en place la Minuad en 2007. Des sources à l'ONU déplorent régulièrement ne jamais avoir été informées de poursuites judiciaires à l'encontre des responsables, malgré des appels répétés des Nations unies.

L'attaque la plus meutrière dans l'histoire de la mission remontait, jusqu'à samedi, au 2 octobre 2012, quand quatre Casques bleus nigérians avaient péri dans une embuscade dans l'ouest du Darfour.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus