Sept morts dans des heurts - le gouvernement prête serment

Au moins sept personnes sont mortes dans la nuit de lundi à mardi lors de violences en marge de manifestations pro-Morsi au Caire. Les autorités intérimaires égyptiennes, qui ont appelé l'ensemble des forces politiques à oeuvrer aux "efforts" de "réconciliation nationale", ont prêté serment mardi.

Lundi soir, plusieurs dizaines de milliers de partisans de Mohamed Morsi sont à nouveau descendus dans la rue. Dans la nuit, des échauffourées ont éclaté sur plusieurs sites entre les forces de l'ordre et quelques groupes de manifestants.

Ces heurts, survenus durant la première visite d'un haut diplomate américain - le secrétaire d'Etat adjoint Bill Burns - depuis le renversement de M. Morsi, ont fait sept morts et plus de 260 blessés, a annoncé une source médicale.

Plus de 400 personnes ont été interpellées lors de ces affrontements. Au total, plus d'une centaine de personnes ont été tuées depuis le 3 juillet et le renversement par l'armée du président islamiste, après des manifestations populaires massives réclamant son départ.

Gouvernement rejeté par les Frères

Lundi, l'Américain Bill Burns a appelé à l'apaisement, jugeant que "la première des priorités" devait être "de mettre fin à la violence (...) et de commencer un dialogue sérieux et soutenu entre toutes les parties".

M. Burns, qui a quitté le Caire mardi, s'est entretenu avec les principaux responsables intérimaires du pays: le Premier ministre Hazem Beblawi, le président Adly Mansour et le général Abdel Fattah al-Sissi, nouvel homme fort du pays.

Le mouvement Tamarrod, à l'origine des rassemblements de masse fin juin contre M. Morsi, a refusé de rencontrer M. Burns. Il invoque le sentiment, largement partagé parmi les anti-Morsi, que Washington avait soutenu le président déchu.

En soirée, le nouveau gouvernement a prêté serment au Caire devant le président intérimaire désigné par l'armée, Adly Mansour, et en présence du Premier ministre Hazem Beblawi. Les Frères musulmans, mouvement dont est issu M. Morsi, l'ont immédiatement rejeté.

/SERVICE


Actualisé le