Shutdown: Obama affirme qu'il ne négociera pas sous la contrainte

Barack Obama a appelé à la fin immédiate du "shutdown" qui paralyse l'administration fédérale américaine. Il a estimé qu'il existait un nombre suffisant d'élus républicains et démocrates pour adopter une loi permettant la réouverture des services publics.

Le président américain s'est exprimé lors d'une conférence de presse alors qu'aucun progrès tangible n'était enregistré dans le blocage entre représentants républicains et démocrates sur l'adoption du budget pour 2014.

M. Obama a affirmé qu'il n'engagerait pas de négociations avec la majorité républicaine tant que le président de la Chambre des représentants, John Boehner, sera contraint par les élus du Tea Party à observer une position menaçant l'économie américaine.

Il a en outre estimé que ne pas relever le plafond de la dette conduirait à accroître de manière permanente les coûts d'emprunt des Etats-Unis.

M. Obama espère que le Congrès ne mettra pas le gouvernement dans l'obligation de privilégier le service de la dette au détriment de ses autres obligations dans le cas d'un défaut sur la dette fédérale.

Image ternie des Etats-Unis

Par ailleurs, le président a prévenu que l'image et la réputation des Etats-Unis souffraient du blocage budgétaire à Washington. "A chaque fois que nous faisons ces choses, notre réputation dans le monde en pâtit. Nous avons l'air de ne pas savoir où nous allons", a-t-il estimé.

Barack Obama a cherché à rassurer les créanciers étrangers, assurant que les Etats-Unis "ont toujours payé leurs factures et le feront à nouveau".

Mais les dirigeants étrangers "ne font pas seulement attention à ce que je dis. Ils font aussi attention à ce que fait le Congrès. Et en fin de compte, ça dépendra du président de la Chambre (John) Boehner", a-t-il souligné.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes