Snowden veut l'asile en Russie avant l'Amérique latine

Les Etats-Unis ont appelé vendredi la Russie à ne pas offrir une "tribune de propagande" à Edward Snowden. L'ex-consultant du renseignement a annoncé sa volonté de demander un asile provisoire à ce pays, en attendant de pouvoir se rendre dans l'un des trois Etats d'Amérique latine prêts à l'accueillir.

"Fournir une plateforme de propagande à M. Snowden irait à l'encontre des déclarations précédentes du gouvernement russe sur la neutralité de la Russie", a dit le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

Dans la soirée, le président Barack Obama s'est entretenu au téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine, mais rien n'a filtré de l'entretien entre les deux hommes.

Moscou a récemment indiqué qu'il ne souhaitait pas que l'affaire Snowden entame les relations bilatérales avec Washington.

Demande d'asile provisoire

L'ex-consultant, bloqué depuis près de trois semaines dans un aéroport de Moscou, a indiqué vendredi qu'il demandait l'asile politique à la Russie en attendant de pouvoir se rendre dans un pays d'Amérique latine prêt à l'accueillir.

Il a fait cette déclaration lors d'une rencontre organisée à sa demande avec treize personnalités russes, dont deux avocats célèbres et des représentants d'Amnesty International et de Human Rights Watch (HRW), dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou-Cheremetievo.

"Je soumettrai ma demande dans la journée et j'espère qu'elle sera acceptée favorablement", a dit l'informaticien américain, à l'origine de révélations sur l'étendue du programme de surveillance exercé par les Etats-Unis à travers le monde, selon le site internet WikiLeaks qui l'aide dans ses démarches.

Pas de confirmation du Kremlin

Le Kremlin n'a pas confirmé avoir reçu une demande formelle d'asile. Mais la présidence russe a répété qu'Edward Snowden devrait s'abstenir de critiques contre Washington s'il souhaitait rester en Russie.

Si le président Vladimir Poutine a demandé à l'ancien consultant de quitter la Russie le plus rapidement possible, il est difficile pour l'informaticien, pour des raisons de procédure, de rejoindre l'un des pays, Bolivie, Nicaragua, Venezuela, qui lui ont proposé l'asile politique.

Dans une lettre adressée à HRW, Edward Snowden affirme que les Etats-Unis, qui ont révoqué son passeport, mènent campagne pour l'empêcher d'obtenir l'asile politique où que ce soit.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus