"Sommeil et soleil" à Hawaï pour Barack Obama après une année ardue

Barack Obama s'est envolé vendredi soir vers son archipel natal, Hawaii. Comme chaque fin d'année, il y passera la période des Fêtes avec son épouse Michelle et ses filles Malia et Sasha. Des congés bienvenus au terme d'une année compliquée pour le président américain.

"Je suis certain que j'aurai de meilleures idées après quelques jours de sommeil et de soleil", a indiqué peu avant son départ M. Obama, visiblement fatigué. S'exprimant lors d'une conférence de presse, il a reconnu avoir subi quelques déconvenues au cours de l'année mais il a refusé de s'y attarder ou de se lamenter sur son sort.

"Pendant l'année qui vient de s'écouler, il y a évidemment eu quelques sources de frustration", a affirmé le président lors d'une conférence de presse. "La fin de l'année est toujours un bon moment pour réfléchir à ce que l'on pourrait mieux faire l'année suivante", a-t-il ajouté.

"Ratages" à répétition

Prié de dire si 2013 avait été "la pire année" de sa présidence, Barack Obama a répondu qu'il y avait eu "des hauts et des bas".

Ce refus de s'engager dans une forme d'introspection politique contraste fortement avec la tonalité de sa précédente conférence de presse, le 14 novembre. Il avait alors multiplié les excuses pour les ratés de sa réforme de la santé, emblématique de sa présidence.

Tentant d'endiguer les effets de ces "ratages" à répétition, M. Obama a offert concession sur concession. Mais il a réaffirmé vendredi que "la demande est là, et le produit est bon".

Chômage en baisse

Avec une économie présentant des signes de rétablissement durable, un chômage en baisse et une réforme de la santé a priori sur les rails, la Maison blanche espère que les turbulences sont passées.

Barack Obama a promis que 2014 serait une "année d'action", même s'il n'a pas dévoilé de programme précis. Ses priorités consisteront à obtenir du Congrès un allongement de la durée d'indemnisation des chômeurs et un relèvement du salaire minimum, a-t-il dit.

Accord budgétaire

Il veut voir un bon présage dans l'accord budgétaire conclu mercredi au Congrès pour éviter une nouvelle fermeture partielle des services fédéraux ("shutdown"), comme ce fut le cas en octobre.

"Il est peut-être prématuré de parler d'un début de collaboration bipartite", a-t-il dit, "mais il est également juste de dire que nous ne sommes pas condamnés à un blocage sans fin."

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus